L'info régionale

Réseaux sociaux

Certification HVE : un nouvel abus sous couvert d’environnement

HVE CP

Certification HVE : un nouvel abus sous couvert d’environnement

Face à l’engouement du Gouvernement et d’une partie de la profession agricole pour la certification Haute valeur environnementale (HVE), la CR réaffirme son opposition à toute obligation de certification imposée aux agriculteurs, eux qui respectent déjà une des réglementations environnementales les plus sévères du monde.

Après huit ans d’existence, la HVE n’a pas encore démontré ses vertus : ni pour les agriculteurs, pour lesquels aucune plus-value de prix n’est en perspective en contrepartie de contraintes nouvelles et coûteuses, ni pour les consommateurs qui refusent légitimement de payer plus cher un produit qualitativement et intrinsèquement identique.

« Face à cette escroquerie qui finit par concurrencer les productions sous signe réel de qualité sur les étals, sans aucun apport ni en matière d’environnement ni agronomique, nous réaffirmons l’importance capitale de la liberté d’entreprendre de tout agriculteur qui exerce son métier avec conscience et responsabilité », tient à souligner Bernard Lannes, président de la Coordination Rurale.

Chaque agriculteur est bien évidemment libre de se soumettre à cette certification coûteuse s’il le juge opportun.

Cependant, la CR se doit d’alerter sur les risques et les paradoxes de la HVE et avant tout sur les intérêts d’un ensemble d’acteurs en gravitation autour des producteurs, pour qui le diagnostic, les évaluations, les contrôles payés par les agriculteurs seront un nouvelle source d’activité lucrative.

Enfin, il ne faut pas oublier que la HVE n’a une portée que française et qu’au lieu de résoudre la distorsion de concurrence entre pays européens et avec les pays tiers, elle ne ferait que l’aggraver.

Ce qu’attend la CR, c’est que l’État reconnaisse enfin la Haute Valeur d’Engagement quotidien des agriculteurs pour nourrir la population dans le respect de la réglementation française et européenne et dans le respect de l’environnement.

La CR exige également que l’État fasse preuve du même engagement en faveur des agriculteurs et de l’environnement en demandant à l’Union européenne d’interdire l’importation des denrées alimentaires et des produits agricoles obtenus avec des procédés ne respectant pas la réglementation européenne et les exigences d’identification et de traçabilité imposées par cette même réglementation.