L'info régionale

Réseaux sociaux

Paroles d’agriculteurs

Paroles d’agriculteurs

Thierry-James Facquer
« Quelles leçons tirer du drame d’Étang-sur-Arroux ? »

Au mois de mai, alertés par une lettre anonyme, des gendarmes et des employés de la DDT ont découvert chez un agriculteur d’Étang-sur-Arroux (71), dans un bâtiment soigneusement fermé et calfeutré, les cadavres d’environ 200 bovins, parmi lesquels déambulaient des porcs très amaigris, qui avaient survécu en se nourrissant des cadavres.

L’exploitant avait cessé de nourrir ses bêtes en début d’année. Les services de l’État, aidés d’un ouvrier agricole et de la commune, ont réglé rapidement la question sanitaire. Ils l’ont fait dans des conditions extrêmement difficiles, et il faut avant tout les en remercier.

Alexandre ARMEL
« Je choisis le bifteck et la planète »

Le 30 août dernier, Sandrine Rousseau, députée Europe-Écologie Les Verts (EELV), interrogeait la twittosphère avec une question : bifteck ou planète ? Sans doute ne s’attendait-elle pas a un tel engouement pour le bifteck (qui remporte le sondage haut la main, avec 73 %). Elle...

S. Charbonneau, D. Brunelle
« Qui va oser assumer cette attaque en règle contre l’élevage ? »

C’était sûrement trop beau pour être vrai ! Un décret paru le 29 juin 2022 au Journal officiel actait enfin plus de 330 dénominations (viande hachée, charcuterie, etc.) qui seraient exclusivement réservées aux productions animales. Mais c’était sans compter sur un recours devant le Conseil d’État, qui moins d’un mois après, annulerait cette décision.

pesquerel
Ça bouillonne dans le lait !

Le procès de la semaine dernière, au TGI de Coutances, dans lequel l’OP Sunlait demandait des comptes n’est pas passé inaperçu. Ce conflit n’est pas isolé tant les actions menées contre les autres laiteries se multiplient désormais. Ce n’est que le résultat des lois EGAlim 1...

Emmanuel Rizzi
Actions de plus en plus radicales avec la complicité de l’État et un syndicat autrefois agricole

À l'attention du Président de la République.

Je vous interpelle aujourd’hui au sujet des actions de plus en plus radicales qui secouent le paysage agricole. Le problème ne date pas d’hier. On se souvient du McDonald’s démonté à Millau. Coup d’épée dans l’eau d’un point de vue agricole, mais belle réussite pour lancer la carrière politique d’un leader syndical de l’époque.

Stéphane Pelletier
Produire plus, oui, mais à quel prix ?

Pourquoi je ne mettrai que la moitié de mes surfaces en culture l’an prochain ?

 

Suite à la publication par FGC d’une estimation de la hausse des coûts de production en mars 2022, et constatant que mon prix de revient pour la prochaine campagne sur la culture du blé va avoisiner les 300 euros la tonne (en prenant 20 euros pour rémunérer mon travail et payer mes cotisations) je me pose la question suivante : que se passerait-il si les cours des céréales devaient s’inverser ?