Le 30 août dernier, Sandrine Rousseau, députée Europe-Écologie Les Verts (EELV), interrogeait la twittosphère avec une question : bifteck ou planète ? Sans doute ne s’attendait-elle pas a un tel engouement pour le bifteck (qui remporte le sondage haut la main, avec 73 %). Elle ne s’attendait probablement pas non plus, quelques jours plus tard, à ce que son homologue, maire de Grenoble se fasse rabrouer sur la mise en place de son menu végétarien, avec viande en option. Une option que 94% des parents d’élèves ont choisi pour leurs enfants. Mais au-delà de la polémique, je dénonce l’opposition que Madame Rousseau fait entre les deux. Car pour moi, et surtout en France, c’est bifteck ET planète.

Madame Rousseau, sachez, si je peux participer à l’élévation de votre culture générale, que l’élevage français valorise 13,5 millions d’hectares, bien souvent dans des zones où jamais vous ne pourrez remplacer l’élevage par une production végétale du fait de la topologie et de la structure des sols. Sachez aussi Madame Rousseau que l’élevage français est parmi les plus vertueux au monde, qu’il dispose d’une autonomie alimentaire de quasiment 90 %, et qu'il participe à la préservation de la biodiversité mais surtout à l’entretien et au maillage des territoires, que vous traversez certainement quand vous partez en vacances. Et bien Madame si vous voulez voir disparaître l’élevage, vous verrez apparaître la friche, le feu et les canadairs. Nous l’avons si bien vu ces derniers mois dans la forêt des Landes, entre autre, où le non entretien du territoire a créé des incendies extrêmes sans précédent.

Peut-être Madame, préféreriez-vous voir la viande produite ailleurs, sur la simple déduction que tout ce qui est produit ailleurs ne nous regarde plus et fait de nous des non-pollueurs. Nous le voyons bien au vu du nombre d’accords de libre-échange signés et qui mettent à mal l’agriculture française. C’est la vision de l’Europe aujourd’hui qui nous emmène dans une perte totale d’autonomie alimentaire pour le peuple européen et qui ne verdit pas plus notre territoire, et vous faites partie de ces grands et mauvais penseurs. Votre écologisme politique court à la perte du peuple européen. Où sont les écologistes pour dénoncer la déforestation importée, et le coût environnemental du transport de ces importations ?

Pour finir Madame Rousseau, je trouve triste et humiliant que vous puissiez à ce point stigmatiser et tenter de détruire ce beau métier qu’est l’élevage, avec pour seul but le buzz, et obtenir une aura médiatique supérieure. Ne vous y trompez pas Madame, quand l’esprit et l’intelligence ne sont pas au rendez-vous, il ne faut pas forcer les choses. Mes ancêtres avaient toujours l’habitude de dire qu’un bon vin reste un bon vin, mais à l’opposé, que du vinaigre, personne n’en fait un bon vin. C’est votre cas.

Alors je le redis pour moi c’est bifteck ET planète.

Alexandre Armel, éleveur de bovins allaitant et d'ovins dans l'Allier (03)

 

Dans la même catégorie

Réglementation et contrôles
Aides animales
Aides végétales
Évènements