L'info régionale

Réseaux sociaux

Sécheresse : les feux de culture se multiplient en Région Centre-Val de Loire

Sécheresse : les feux de culture se multiplient en Région Centre-Val de Loire

Combinée au vent et aux fortes chaleurs, la sécheresse continue de faire des ravages

Depuis le début des moissons en Région Centre-Val de Loire, les feux de culture se multiplient. Tous les départements de la région sont touchés. En effet, plusieurs conditions qui s’ajoutent à la sécheresse augment le facteur de risque d’incendies. Par exemple, le fait que la poussière d’herbe soit hautement inflammable rend les départs de feu très soudains et très brutaux.

De plus, ces feux de récolte se déplacent très vite à cause du vent. Il suffit qu’une paille enflammée s’envole pour que les champs voisins s’embrasent à leur tour. De la même façon, le feu peut se déclencher pour une raison très simple : en moissonnant près du sol, la lame de coupe frôle parfois des silex, ce qui peut entraîner un départ d’incendie qui sera accéléré par la chaleur, la sécheresse et le vent.

Malheureusement, même une récolte tôt le matin ou dans la nuit ne permet pas de réduire le risque d’incendie car les conditions météorologiques ne permettent pas l’apparition de rosée. Il reste maintenant l’espoir que les pluies de ce weekend de fin juillet permettront d’éloigner le danger.

Enfin, la prévention auprès des automobilistes circulant en bordure de champs est primordiale : les mégots jetés d’une fenêtre peuvent avoir de lourdes conséquences.

De lourdes pertes pour les agriculteurs de la région

Dans tous les départements de la Région sans exception, les pertes se comptent en centaines voir milliers d’hectares.

Interrogé par l’Echo Républicain, Éric Thirouin, président de la Chambre d’agriculture explique que « pour cent hectares brûlés, les pertes peuvent s’élever à 160 000 €. Multipliés par le nombre d’hectares touchés, vous obtenez un résultat potentiel qui se chiffre en millions d’euros. Cependant, rien n’est encore affirmé. »

Voici son conseil pour obtenir une indemnisation :

« Les exploitants peuvent souscrire une assurance incendie, explique Éric Thirouin. Un expert se charge de faire un état des lieux et de constater les dégâts. Une indemnisation des pertes au titre de calamité agricole peut également être sollicitée, mais elle ne concerne que les productions et les biens non assurables. »

Le préfet donne ses recommandations

Certains Préfets, dans d’autres régions ont pris des décisions strictes, comme dans l’Oise, où les moissons ont été suspendues, et interdites jusqu’à nouvel ordre. En région Centre-Val de Loire, les préfectures dont celle du Loir-et-Cher préfèrent rappeler quelques précautions à prendre.

1. Pour limiter le risque de départ de feu :

– couper au plus haut,

– relever les palpeurs de coupe si la moissonneuse dispose d’un tel équipement

– ne pas moissonner aux heures les plus chaudes de la journée  (12h – 16h).

2. Pour limiter la propagation d’un éventuel incendie, disposer à proximité :

– de moyens mécaniques pour déchaumer

– [et/ou] d’une tonne à eau munie d’un dispositif d’aspersion.

3. Chaque engin doit être dans un état mécanique limitant les risques de mise à feu et disposer d’un extincteur à eau pulvérisée.

4. Disposer d’un moyen d’appel des secours.

Pour rappel :

Des mesures de restriction des prélèvements pour l’irrigation continuent de s’appliquer. Ces mesures sont fixées par l’arrêté préfectoral qui peut être consulté en mairies, où il est affiché, et sur le site internet des services de l’État.

Vous pouvez également retrouver les arrêtés département par département dans l’article suivant sur la page de la CR Centre :

Sécheresse : les 6 départements de la Région Centre-Val de Loire en alerte