L'info régionale

Réseaux sociaux

Quand la CR NPDC-Picardie rencontre l’un des conseillers du ministre de l’Agriculture

Quand la CR NPDC-Picardie rencontre l’un des conseillers du ministre de l’Agriculture

Lors de la venue du chef de l’État, François Hollande, le 3 mars dernier à Amiens dans le cadre du sommet franco-britannique, la CR Nord-Pas-de-Calais-Picardie avait demandé une audience. Dans ce contexte de crise agricole, nous avons profité de la venue dans notre région des représentants de l’État pour transmettre nos propositions structurelles destinées à maintenir une agriculture viable. Notre délégation composée de Jean-Luc Allain, Eric Lavoine et Gérard Havet a été reçue par Sébastien Couderc, conseiller chargé des filières végétales et des biocarburants au cabinet du ministre de l’Agriculture. Il était accompagné de Jacques Banderier, directeur de la DDTM de la Somme.

Durant cette rencontre, nous avons pu aborder des problématiques majeures et notamment dénoncer l’absurde course vers les prix les plus bas. Afin d’arrêter la crise et d’assurer une pérennité aux agriculteurs, les membres de la CR proposent :

Une régulation des marchés à l’échelle de l’UE

La CR demande la création d’un Observatoire européen des productions et des marchés afin d’ajuster l’offre à la demande sur les marchés intérieurs. L’objectif est de pouvoir ajuster chaque production de façon à tenir les prix dans des fourchettes prédéterminées en fonction des coûts de production.

L’instauration de droits de douanes variables aux frontières de l’UE

La CR demande de réévaluer les importations à bas prix en instaurant un droit de douane adapté afin d’éviter le dumping par les moins-disants mondiaux afin de retrouver des produits européens compétitifs en Europe, et valorisés à un prix juste reflétant les contraintes environnementales, sociales et fiscales de production.

L’harmonisation des normes au sein de l’UE

Pour la CR, il est urgent et vital de mettre en place une politique commune en matière sociale, fiscale et sanitaire qui mettra fin au dumping intra-européen. Les charges françaises sont supérieures à toutes celles des autres pays européens. Afin de rester compétitif sur un marché européen et mondial, il faut également réduire au maximum les contraintes franco-françaises.

L’amélioration de la distribution des fonds dédiés à l’écologie

Les membres de la Coordination Rurale déplorent que les fonds publics dédiés à l’environnement et notamment à la qualité des eaux n’atteignent que rarement leur but et soient dissipés par une « féodalité » bien intégrée dans le système. Il n’est pas rare que les aides de l’Agence de l’eau qui visent la protection des BAC (Bassin d’alimentation des captages), vis-à-vis des pollutions diffuses soient utilisées à 25 kilomètres des captages d’eau. La CR demande l’application des mesures et la distribution des fonds prioritairement sur les périmètres immédiats, rapprochés et éloignés des captages.
Pendant plus d’une heure, Sébastien Couderc s’est montré ouvert et à l’écoute des différents problèmes soulevés et des propositions avancées. Il s’est présenté comme un homme d’expérience en matière de politique agricole.
Il nous a assurés que la France défend et continuera à défendre une politique de régulation au sein de l’Union européenne mais a laissé entendre la difficulté du combat dans une Europe très libérale.
Il a tenté de nous rassurer sur le positionnement de Stéphane Le Foll qui, selon lui, comprend la défense des filières mais ne base absolument pas sa politique uniquement sur les volontés du syndicat majoritaire qui vise à produire davantage et à moins cher tout en massacrant notre agriculture familiale.

Tags :