L'info régionale

Réseaux sociaux

Pyrevert : pourquoi il faut prolonger la dérogation

Pyrevert : pourquoi il faut prolonger la dérogation

La Coordination Rurale demande la dérogation de l’utilisation de Pyrevert au titre de l’article 53 du règlement (CE) 1107/2009.

Depuis plusieurs années, les maraîchers bénéficient d’une dérogation temporaire pour l’usage du produit phytopharmaceutique Pyrevert pour l’usage Cultures Légumières*TrtPart.Aer*Pucerons.

Cette année, la dérogation ne concerne pour le moment que deux usages : Pois écossés frais*TrtPart.Aer*Pucerons et Haricots et pois non écossés frais*TrtPart.Aer*Pucerons.

Il faut souligner que l’autorisation d’utiliser le Pyrevert en agriculture biologique. Son usage est également nécessaire aux productions de choux (chou-fleur, chou pommé, chou feuillu, choux de Bruxelles et brocoli) dans la lutte contre les pucerons.

Pyrevert : une dérogation nécessaire et urgente

Les premiers épisodes de lutte contre les pucerons ont déjà débuté. Or, les producteurs de choux sont pour l’instant démunis. Ils ont plus que jamais besoin de certitudes sur leur stratégie phytosanitaire. L’absence de solution pour cet usage diminuera le volume de récolte commercialisable. La CR a donc adressé un courrier au ministre de l’Agriculture pour un renouvellement de la dérogation pour l’utilisation de Pyrevert. Nous pensons notamment à l’usage Cultures légumières*TrtPart.Aer*Pucerons et au rattachement aux cultures historiquement autorisées.

Les choux sont régulièrement en situation de crise conjoncturelle. La faute en revient principalement à une mauvaise adéquation entre la météorologie et le niveau de consommation. Il serait très dommageable d’handicaper une nouvelle fois les producteurs. Le ministre doit leur autoriser d’utiliser les outils nécessaires pour lutter contre les pucerons.