L'info régionale

Réseaux sociaux

PSN : le ministre fait le choix de la stabilité

PSN : le ministre fait le choix de la stabilité

La Coordination Rurale est soulagée – mais reste prudente – suite aux arbitrages présentés par Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, sur le Plan stratégique national, déclinaison nationale de la PAC. En effet, en dépit du cadre imposé, dont la CR continue de critiquer la pertinence, les choix faits sont satisfaisants.

Avec des choix visant à ne pas bouleverser les bases du revenu des agriculteurs, comme à chaque réforme, tout en assurant la transition écologique, le ministre annonce avoir réussi à globalement stabiliser les revenus, tant au sein des filières que dans les territoires.

La CR entendue sur de nombreux points

La CR se félicite du maintien du paiement redistributif à son niveau actuel (10 % du premier pilier vers les 52 premiers hectares), d’une convergence limitée (85 % au lieu de 70 % actuellement), du maintien du taux de transfert entre 1er et 2e pilier à son taux actuel (7,53 %) et du maintien de l’ICHN. À ce titre, la CR salue l’effort budgétaire, tant cette aide est importante pour les zones intermédiaires et défavorisées.

En production bovine, la CR invite le ministre à poursuivre ses efforts pour que la valeur retourne enfin aux producteurs, et que les aides profitent aux éleveurs et non à l’aval de la filière. La CR avait jugé très pertinente l’aide à l’Unité de gros bétail (UGB), et se satisfait d’une aide UGB lait et allaitant différenciée et de la suppression de l’approche mixte. La CR attend néanmoins avec une certaine inquiétude les futurs arbitrages sur les critères et montants, notamment ceux attribués à l’élevage allaitant.

Le syndicat accueille très favorablement l’idée d’un écorégime accessible et inclusif. Le ministre a confirmé ses 3 voies d’accès (pratiques agricoles, certifications et maintien des infrastructures agro-écologiques) qui garantissent que les différents efforts consentis par les agriculteurs seront pris en compte.

En ce qui concerne l’assurance récolte, la CR salue l’engagement du ministre de procéder à une réforme, partageant son constat qu’on ne peut plus demander au monde agricole seul d’assumer les aléas climatiques. La CR réaffirme son attachement à un système volontaire, qui, s’il est avantageux pour les agriculteurs, sera utilisé.

Enfin, sur les aides protéines, la CR est réservée sur le doublement de l’aide en fin de programmation, mais pense que la montée en puissance de l’aide progressive est une approche intéressante.

En revanche, la CR regrette fortement que les aides ovine et caprine n’aient pas été sanctuarisées et qu’elles doivent elles aussi contribuer à la hausse de l’aide protéine. Pour la CR, l’impact sur les aides animales ne sera absorbable que s’il s’accompagne d’un vrai travail d’augmentation durable des prix.