L'info régionale

Réseaux sociaux

Prédation : la CR des Savoie réclame l’organisation d’une réunion de crise

loup CP

Prédation : la CR des Savoie réclame l’organisation d’une réunion de crise

Début septembre, la Coordination Rurale des Savoie a adressé un courrier au Président de la Chambre d’agriculture Savoie Mont-Blanc pour demander à ce qu’une réunion de concertation intersyndicale au sujet de la prédation soit organisée dans les plus brefs délais. En voici le contenu :

« Monsieur le Président,

Vous n’êtes pas sans savoir que la situation des élevages savoyards face à la prédation devient de plus en plus préoccupante et en totale contradiction avec le bilan que les coordonnateurs du Plan National Loup qualifient « d’encourageant » suite au dernier comité de juin 2021.

Malgré – mais aussi grâce – à la panoplie des mesures dîtes « de protection », le loup ne cesse de faire des victimes, d’étendre son territoire et d’élargir son champ d’action en termes d’espèces ciblées.
En effet, jusqu’ici cantonnés près des élevages ovins et caprins, le loup n’hésite plus à s’attaquer aux bovins et aux équidés dont les troupeaux sont qualifiés de « non-protégeables » par le PNA (Plan National d’Action). L’ensemble de l’élevage savoyard se trouve donc aujourd’hui menacé.

La Coordination Rurale participe assidument aux différents comités loup depuis de nombreuses années et assiste avec effroi à l’enfermement de la profession dans les directives nationales guidées par le ministère de la transition écologique.

Nous le répétons : la prédation concerne tous les élevages. C’est un problème universel, chaque représentant doit être entendu et la Chambre d’agriculture Savoie Mont-Blanc a le devoir de représenter l’ensemble de la profession.
Nous déplorons ce manque de stratégie collective qui pénalise lourdement les professionnels. Les lacunes en termes de communication sur le sujet se font cruellement ressentir, et ce malgré notre insistance pour demander l’embauche d’un salarié spécialement dédié à la défense de nos pratiques agricoles.

La plupart de nos concitoyens, excepté les extremistes et idéologistes, se forgent une opinion sur tous les sujets en ne se basant que sur des mots ou des photos. Nous devons absolument leur présenter la « bonne » version. Cette bataille de la communication peut nous faire gagner la guerre contre la désinformation.

Arrêtons les actions et initiatives décidées par seulement une partie de la profession. À part favoriser la publicité syndicale, elles n’ont jamais rien apporté sur le long terme… les exemples ne manquent pas à ce sujet !
Arrêtons également de donner du grain à moudre à nos adversaires en cautionnant des mesures de protection que certains envisagent dans une logique de cohabitation : la filière « chiens de protection » en est un parfait exemple.

Enfin, gardons le bon état d’esprit dans toutes nos interventions et rappelons nous que, malgré notre engagement sur de longues années, nous sommes là pour répondre à une situation de crise sur le court terme. Dans l’intêrét des éleveurs, nous estimons que ce dossier sur lequel nous travaillons activement nécessite une unité sans faille du monde rural et de la profession agricole.

C’est pourquoi, par ce courrier, nous demandons à la Chambre d’agriculture Savoie Mont-Blanc de bien vouloir organiser sans plus attendre une réunion de concertation intersyndicale sur le sujet. »