L'info régionale

Réseaux sociaux

Vosges : observatoire de l’agribashing

agribashing revenu

Vosges : observatoire de l’agribashing

La Coordination Rurale des Vosges a été invitée à participer la réunion de l’Observatoire de l’agribashing qui se tenait le 11 juin 2020.
Dans un courrier adressé ce jour à M. le Préfet, la CR88 le remercie pour son invitation, et détaille pourquoi elle n’y a pas participé.

 

Voici le texte du courrier :

 

Monsieur le Préfet,

 

Je vous remercie pour votre invitation à la réunion de l’Observatoire de l’agribashing du 11 juin 2020.
Vu le délai court, nous avons lu l’invitation trop tard. Néanmoins, nous ne serions pas venus.
En effet, nous estimons qu’il n’y a pas d’agribashing dans notre département.

L’agribashing est un concept créé de toutes pièces par la FNSEA pour détourner l’attention des vrais problèmes et tout figer.
En tout cas, il n’existerait pas si on en parlait moins.
Nous sommes en effet opposés à ce qui pourrait atteindre la liberté d’expression de chacun.

Le vrai problème ne sont pas les écologistes pro-loups, mais bien le loup qui met en péril la survie des élevages.
Le vrai souci n’est pas l’association des coquelicots, ni les coquelicots eux-mêmes, mais bien les pesticides dont nous ne savons pas encore nous passer, mais que nous devons réduire drastiquement.

Franchement, les élevages industriels où les animaux ne voient jamais le jour et sont serrés comme des sardines en boite ont-ils leur place dans notre département ?

Laissons les gens s’exprimer, mais agissons pour être le moins sujets à la critique.

Nous sommes d’accord pour Vigi Agri, et suite au rendez-vous avec le Chef d’escadron Drault, nous avons diffusé le formulaire à nos adhérents.
D’ailleurs, nous estimons que les intrusions, vols ou actes malveillants sont du ressort du pénal et doivent être sévèrement sanctionnés.

En fait, le vrai problème, loin d’être l’agribashing, c’est le revenu.
Comment vivre de notre métier aujourd’hui ?
L’aléa climatique est permanent et personne ne semble s’en soucier.

Les grands projets de la Chambre d’Agriculture n’engagent qu’elle même et ne sont en tout cas pas des projets d’avenir pour l’agriculture vosgienne.
Le grand projet semble plus destiné à boucler le budget de la Chambre d’Agriculture que d’élaborer et accompagner les paysans dans une agriculture nouvelle adaptée aux nouvelles conditions.

La CDOA ne nous a pas non plus manqué pendant le confinement et l’on se demande à chaque convocation à quoi elle sert.
Sans doute est-ce cela l’agriculture de bureau.

Alors M. le Préfet, invitez nous pour créer une dynamique d’agriculture nouvelle plus adaptée à notre environnement changeant et moins administrative.
Nous y travaillons en petit comité, et avançons vite vers une agriculture sol vivant : grâce au semis direct, aux couverts permanents. Nous sommes plus économes, moins gourmands en énergie, et utilisons moins d’engrais et de produits de santé du végétal.

Il faut encourager la production de viande et de lait au pré par exemple, sans parler de nos filières textiles à recréer. Une synergie entre textile et agriculture peut exister : il y avait par exemple un projet de 2000 ha d’orties pour produire des fibres végétales, projet malheureusement avorté…

Beaucoup reste à faire, mais il faut pour cela accepter de changer de modèle, de pratiques et je compte sur vous pour accompagner cette dynamique.

Vous remerciant de l’intérêt porté à ce courrier, je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de ma haute considération.

 

Dominique HUMBERT
Président de la CR88