L'info régionale

Réseaux sociaux

Loi Besson-Moreau : une avancée fragile à consolider

Tracteur CP

Loi Besson-Moreau : une avancée fragile à consolider

La CR salue le travail des députés de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale sur la proposition de loi Besson-Moreau, destinée à protéger la rémunération des agriculteurs.

Certains amendements adoptés vont dans le bon sens, notamment ceux visant à renforcer le poids des indicateurs de coût de production dans la détermination du prix payé aux agriculteurs, et aussi ceux interdisant les clauses d’indexation du prix sur celui pratiqué par la concurrence. L’expérimentation prévue pour mieux informer les consommateurs sur la rémunération des agriculteurs, et la mise en place d’un contrôle plus strict des pratiques trompeuses sont également bienvenues.

Cependant, la proposition de loi actuelle ne permettra malheureusement pas aux agriculteurs français de bénéficier d’un revenu suffisant. Pour ce faire, il est indispensable de fixer un prix plancher indexé sur les coûts de production moyens, afin que les agriculteurs ne produisent plus à perte. De même, il est nécessaire de décorréler les prix payés à nos agriculteurs des cours mondiaux et de raisonner nos pratiques commerciales.

« Il est déplorable que le gouvernement se penche sur un nouveau projet de loi surnommé « ÉGAlim 2 », tout en se refusant toujours à appliquer l’ensemble des dispositions de la loi ÉGAlim. Son article 44 permettrait pourtant de nous protéger nous agriculteurs contre une concurrence extra-communautaire déloyale, et de préserver nos consommateurs de produits jugés dangereux et interdits dans l’UE, mais continuant à être importés », s’indigne Bernard Lannes, président de la Coordination Rurale.