L'info régionale

Réseaux sociaux

Lettre ouverte

LO-suicide

Lettre ouverte

Monsieur le Président de la République,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Vous, nos responsables,

372. C’est le nombre d’agriculteurs qui auraient mis fin à leurs jours en 2015 selon les estimations publiées par la Mutualité Sociale Agricole. Malheureusement, la réalité est plus terrible encore puisque l’Institut de veille sanitaire affirme que les morts par suicide sont sous-estimées (de l’ordre de 9 %) ce qui porterait le nombre de suicides agricoles à 405 par an !

Aujourd’hui, en France, chaque jour plus d’un agriculteur se suicide.

Ce n’est pas l’effroi mais la colère qui s’empare de moi. La MSA « découvre » cette année les chiffres datant de 2015 sans esquisser la moindre émotion. Pire encore, le nombre de suicides chez nos collègues agriculteurs ne cesse d’augmenter ! Le constat est d’autant plus pesant que l’ensemble de nos interpellations et avertissements est resté sans réponse. Pourtant, depuis plus de 10 ans, j’essaye avec l’aide de la Coordination Rurale de lever le voile sur ce tabou.

Quelle indignation de savoir que chaque jour la liste des victimes, mortes dans le silence, s’allonge et avec elle le nombre d’enfants privés de leur papa ou maman.

Je souhaite aujourd’hui prendre ma part de responsabilité. Je n’ai pas, nous n’avons pas réussi à faire entendre notre cri de détresse. Malgré tout, une partie du voile se déchire ici ou là. Je remercie pour cela le réalisateur Édouard Bergeon et l’acteur Guillaume Canet de porter en ce moment à l’écran cette dramatique réalité. Je remercie chaque personne qui s’engage sur ce sujet ; les langues se délient et de plus en plus de reportages, livres ou marches de sensibilisation voient le jour.

Mais ces lignes sont avant tout destinées à vous, que l’on appelle « nos dirigeants », vous qui avez le pouvoir de changer les choses mais qui préférez fermer les yeux sur les conséquences de vos choix politiques. À ce titre, vous vous êtes rendus coupables.

Coupables de laisser dire et penser que les suicides agricoles sont liés à des problèmes personnels alors qu’ils sont un symptôme direct de ce système économique qui nous vole toute dignité.

Coupables d’avoir fait en sorte qu’aujourd’hui beaucoup d’agriculteurs courageux et compétents ne parviennent plus à dégager un minimum de revenu pour vivre décemment.

Coupables des retraites de misère que touchent nos anciens, fatigués et qui ont tant donné pour notre patrie.

Coupables de laisser les prix mondiaux fixer nos prix de vente alors que nos charges et nos contraintes sont françaises.

Coupables de nous avoir fait croire qu’en produisant plus nous gagnerions plus ; résultat, nous produisons plus pour gagner toujours moins !

Coupables de nous avoir asservis en nous poussant à nous endetter, car investir et s’agrandir c’est la promesse d’un avenir meilleur et de prix rémunérateurs. Encore des mensonges.

Coupables de laisser l’endettement agricole se multiplier par 3 en 30 ans et qu’un agriculteur de moins de 40 ans est endetté en moyenne à hauteur de 250 200 €.

Coupables d’accélérer la disparition de notre agriculture en signant des accords de libre-échange qui accélèrent l’importation de produits néfastes pour notre santé et l’environnement tout en imposant l’exportation de nos produits d’excellence.

Coupables d’entraîner la désertification de nos milieux ruraux avec de graves problèmes socio-économiques.

Coupables de véhiculer une image négative et fausse de nos agriculteurs, de les étiqueter comme pollueurs alors qu’ils élaborent des produits sains dans le respect d’une des réglementations les plus strictes qui soient.

Coupables de ne pas défendre et soutenir les paysans ancrés sur leur territoire, témoins et garants de la défense du patrimoine et des espaces par la gestion d’un équilibre sur la biodiversité.

Coupables d’entretenir la défiance envers le monde agricole en lui imposant des contraintes sans fondement scientifique.

Coupables d’alimenter chaque jour notre angoisse en laissant agir à leur guise des groupuscules violents qui multiplient leurs attaques sur nos fermes.

Coupables de l’hécatombe qui sévit dans nos campagnes.

Nous défendre n’est peut être pas très porteur médiatiquement ou électoralement mais votre responsabilité vous incombe de sauver des milliers de vies et autant de familles ! Vous avez le pouvoir alors ayez la volonté d’agir urgemment. Ne fermez plus les yeux ; osez des actes forts ; des vies sont entre vos mains.

Vous serez comptables pour les générations futures et si vous n’agissez pas dès maintenant l’histoire retiendra que vous n’avez apporté aucune assistance à des hommes et des femmes rendus vulnérables par le système que vous cautionnez.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, Mesdames et Messieurs les Ministres, l’expression de ma très haute considération.

 

Yvette Lainé
Présidente de la Coordination Rurale Normandie