L'info régionale

Réseaux sociaux

Les illusions du plan biocarburants : Pour une agriculture nourricière et énergétiquement indépendante

Les illusions du plan biocarburants : Pour une agriculture nourricière et énergétiquement indépendante

Top Headlines

L’agriculture ne sera pas sauvée par les biocarburants. Faute de compétitivité avec les produits pétroliers et les biocarburants importés, le prix de vente des matières premières agricoles aux « raffineries vertes » ne permettra pas aux agriculteurs de dégager du revenu. Le plan biocarburants actuel est une erreur qui va hypothéquer notre indépendance alimentaire, sans améliorer significativement notre indépendance énergétique.

Le plan biocarburants repose sur une logique de circuits longs et de filières industrielles dans laquelle les prix des produits agricoles constituent la variable d’ajustement. La valeur ajoutée est donc une fois encore confisquée au paysan.

En augmentant les surfaces réservées à la production de biocarburants, on oublie la fonction première de l’agriculture qui est de nourrir la population. Les terres disponibles ne suffisent pas actuellement à garantir la souveraineté alimentaire de l’Europe, dangereusement dépendante des pays tiers  pour son approvisionnement en protéines végétales (exemple du soja). Alors que, dès aujourd’hui, on peut pressentir pour l’avenir des tensions sur les marchés alimentaires agricoles et que les stocks sont historiquement bas, il n’est pas raisonnable de mettre encore plus à découvert notre approvisionnement en matières premières agricoles.
Le danger encouru n’est pas seulement économique. Il est également sanitaire, car cette politique rend l’Europe dépendante d’importations de produits OGM qu’elle se refuse à cultiver.

Le rôle principal de l’agriculture de demain ne pourra pas être la production d’énergie pour tous en substitution du pétrole. Par contre, le véritable enjeu est d’assurer l’autonomie énergétique de l’agriculture, afin de continuer à nourrir les populations quelle que soit l’évolution du prix de l’énergie. Sans gasoil pour les tracteurs ce serait la famine pour tous !

Pour l’OPG et la CR, une bonne politique de bioénergie rationnelle et durable passe par les circuits courts qui permettent les meilleurs bilans énergétiques, environnementaux mais aussi économiques.

Tags :