L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR rencontre Barbara Pompili : un échange constructif mais peu rassurant

Photo B Pompili

La CR rencontre Barbara Pompili : un échange constructif mais peu rassurant

La Coordination Rurale attendait de la Ministre de la Transition écologique la levée de beaucoup d’inquiétudes mais ne sort pas totalement rassurée de son entretien de ce matin. Pour autant, la CR est satisfaite d’avoir fait un tour d’horizon des sujets d’actualité tout en présentant ses propositions.

Le syndicat a trouvé un terrain d’entente sur la question de la souveraineté alimentaire et la ministre souhaite également que l’agriculture se recentre sur la couverture des besoins alimentaires français tout en travaillant pour développer les cultures légumineuses. De même, la ministre a convenu que les accords de libre-échange étaient préjudiciables. Cependant, si la CR souligne l’impact économique délétère de ces accords, la ministre pointe du doigt leurs conséquences environnementales.

Par ailleurs, Madame Pompili s’est voulue rassurante sur le projet de loi concernant le délit d’écocide, indiquant qu’il s’agit d’augmenter les sanctions pour ceux qui ne respectent pas les règles établies. Or, la CR a tenu à rappeler que toute sanction se devait d’être proportionnée à l’impact des dommages causés mais aussi au statut de l’agriculteur.

Néanmoins, la CR dénonce depuis des années la complexité de cet enchevêtrement de normes qui laissent peu de marges de manœuvre aux agriculteurs tenus de les appliquer. De plus, compte tenu de la défiance de certains militants environnementalistes, les agriculteurs sont loin d’être à l’abri de poursuites judiciaires intempestives. Et ce, d’autant plus une fois que les nouvelles contraintes du futur plan pollinisateurs limiteront drastiquement les traitements pendant les floraisons

« L’échange était apaisé mais de grandes inconnues perdurent sur des dossiers importants : écocide, ressources en eau, plan pollinisateurs et prédation. Aussi, nous poursuivrons nos travaux avec les conseillers avec lesquels nous avons pu prendre contact », indique Alexandre Armel, Secrétaire général de la Coordination Rurale