L'info régionale

Réseaux sociaux

La CR Bretagne engagée pour valoriser l’agriculture à l’échelle d’un territoire

cantine

La CR Bretagne engagée pour valoriser l’agriculture à l’échelle d’un territoire

Le 23 mars 2021, la Coordination Rurale de Bretagne était présente à l’installation du comité CRALIM sous la présidence conjointe du préfet de région, Emmanuel Berthier, et du président du conseil régional, Loïg Chesnais-Girard. Plus de 50 acteurs régionaux, représentant l’ensemble de la filière et les consommateurs, ont participé, en visioconférence, à cette réunion d’installation. Ce comité se réunira une fois par an.

Ce comité est chargé d’examiner les questions relatives à la mise en œuvre du PNA (Programme National Alimentation), et en particulier de la concertation sur l’approvisionnement de la restauration collective pour faciliter l’atteinte des seuils fixés par la loi EGAlim, à savoir un approvisionnement à hauteur de 50 % de produits de qualité et durables, dont 20 % de produits biologiques, à compter du 1er janvier 2022 en restauration collective.

La Région et la DRAAF ont présenté, la mise en œuvre et les objectifs de la feuille de route en faveur du Bien manger pour tous. C’est l’un des six axes de la Breizh Cop. Restauration collective, éducation alimentaire, valorisation des filières, innovation alimentaire, transitions agricoles et alimentaires font partie du Bien manger pour tous. Une expérimentation est en cours dans 14 lycées pilotes, dont 2 lycées agricoles avec 50% d’approvisionnement durable et 20% de bio.

Pour la CR de Bretagne : « il faut recourir à un approvisionnement relocalisé, arrêter d’importer des produits bio, respecter la saisonnalité et favoriser les produits bruts ».

La CR de Bretagne demande aussi : « de privilégier la traçabilité de l’origine des produits et le mode de production, et de poser un réel diagnostic de l’offre et de la demande ».

Les atouts d’un approvisionnement relocalisé en restauration collective et la valorisation de l’agriculture à l’échelle du territoire sont :
  • le maintien de l’emploi agricole et de l’emploi induit par l’agriculture sur le territoire ;
  • l’entretien du lien social entre agriculteurs et usagers qui redonne du sens au métier et contribue à son attractivité ;
  • une meilleure rémunération potentielle des agriculteurs, à condition de se donner les moyens humains et financiers nécessaires ;
  • une structuration de filières existantes, création de nouvelles filières afin de répondre aux besoins ;
  • des bénéfices agronomiques en raison de la diversification des productions ;
  • une création de dynamiques vertueuses à partir de la concertation des différents acteurs.

 

Pour plus d’info sur les positions de la CR :
https://www.coordinationrurale.fr/restauration-collective/
https://www.coordinationrurale.fr/positions/2019-03-dossier-restauration-collective.pdf