L'info régionale

Réseaux sociaux

La Coordination Rurale rencontre Didier Guillaume : il est temps de faire un rappel à l’ordre

La Coordination Rurale rencontre Didier Guillaume : il est temps de faire un rappel à l’ordre

ZNT (zones non traitées), prédation, importations non conformes, sécheresse… encore une rentrée chargée pour l’agriculture française. Bernard Lannes, président de la Coordination Rurale et Damien Brunelle, secrétaire général adjoint ont demandé des engagements forts au ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, ce vendredi 6 septembre, « On ne peut plus se contenter de jolis discours, les agriculteurs ont besoin d’actes. » indiquait Bernard Lannes à la sortie du rendez-vous.

Un dossier brûlant : les zones de non-traitement (ZNT)
« Il est hors de question de faire disparaître des centaines de milliers d’hectares de terres cultivables, sinon nous serions tous obligés de consommer des produits importés qui ne respectent pas nos normes et les agriculteurs auraient encore plus de difficultés pour vivre de leur métier. » tranche Damien Brunelle qui ajoute : « le ministre a confirmé que les chartes seraient des outils permettant d’atténuer les ZNT qui pourraient sinon atteindre jusqu’à maximum 10 mètres. Enfin il n’y aura pas de délai de prévention avant traitement. »

La CR entendue sur le dossier Loup
Si le comptage des loups est effectué à partir du décompte de leurs hurlements, cette méthode les excite et les rend plus agressifs encore. En réponse aux inquiétudes de la CR, le ministre a assuré que les comptages auraient lieu quand tous les animaux domestiques seraient descendus des estives.

Article 44 – loi EGA : faisons appliquer les lois
Après avoir présenté ses solutions pour mettre en œuvre les demandes d’Emmanuel Macron sur l’autosuffisance en protéines végétales, la CR a questionné le ministre au sujet de l’absence de mise en œuvre de l’article 44 de la loi EGA. Ce dernier, interdit notamment depuis 10 mois l’importation de denrées alimentaires traitées avec des molécules interdites en Europe. Le Gouvernement malheureusement peu actif sur ce dossier, se doit de protéger ses agriculteurs et les consommateurs. Nous avons un outil législatif pour le faire, appliquons-le !

Enfin, en conclusion de cette entrevue, le ministre nous a assuré que l’assurance récolte serait facultative. Une victoire pour la Coordination Rurale qui y voyait un outil supplémentaire ponctionnant un peu plus le revenu (déjà très bas) des agriculteurs.