L'info régionale

Réseaux sociaux

Gelées 2020 : quels impacts en arboriculture ?

abricotier-gel gelées

Gelées 2020 : quels impacts en arboriculture ?

Les gelées de ces dernières semaines ont toujours de nombreux secteurs de productions arboricoles. Voici un premier point de situation :

Loire

Les dégâts réels ne sont pas observables pour le moment mais certains secteurs semblent avoir subi des dommages importants. La situation reste à suivre avec attention.

 

Tarn-et-Garonne

Une nuit, la température est descendue à – 1,5°C et la baisse a été brève. Les kiwiculteurs ont allumé la protection pour éviter les dégâts. Le reste des jours, les températures oscillaient entre 0 a + 0,5°C.

 

Bouches-du-Rhône

Dans le nord du département, compte tenu de la situation sanitaire actuelle, beaucoup de professionnels n’étaient pas prêts à faire face au gel et n’ont pas allumé l’aspersion. Les températures sont descendues jusqu’à – 2°C pendant 6 heures. Des pertes sont ainsi observées sur les abricotiers et les cerisiers précoces.

 

Vaucluse

Les températures sont descendues jusqu’à 3 °C et beaucoup de pertes sont observables, essentiellement pour les fruits à noyaux et les poiriers. En pomme, les pertes engendrées par ces gelées s’évaluent aux alentours de 20 à 25 %.

 

Drôme

Les vergers d’abricotiers non protégés ont subi des dégâts dont il est encore trop tôt pour mesurer l’impact.
A proximité de Chanas, une lutte contre le gel a été opérée sans tarder, avec aspersion pendant plusieurs nuits. Elle s’est toutefois avérée inefficace.

 

Ouest de l’Isère

Une nuit de gel a duré de 2h du matin à 9h. La température est restée longtemps à -2°C.
Le week-end qui a suivi, il y avait un grand vent du nord avec un temps couvert et le ressenti était globalement très froid.
Quelques jours après, la température était de 0°C et l’aspersion a été mise en route. Avec le vent du Nord, tout a pris en glace. Impossible de dégeler. A midi, la glace était de toute façon toujours présente.
La semaine dernière, il a gelé à – 4°C dans la nuit. Depuis, la température a ensuite oscillé entre 0 et – 1°C au lever du jour.
Ce printemps, beaucoup de vent et pas de pluie. Les dernières précipitations remontent en tout cas à plusieurs semaines, voire mois. Dans ces conditions, les vergers sont déjà en situation de stress.
En fruits à noyaux, où il n’y a pas eu de lutte anti-gel, il n’y a quoi qu’il en soit plus rien. Où il y a eu protection contre les gelées, il faut en réalité attendre un peu pour voir l’évolution. Il risque d’y avoir de la chute physiologique. Les durées de gel étaient longues et venteuses.
Les cerisiers précoces sont en fleurs. Les étamines sont brûlées. Pour les variétés tardives, il faut attendre l’ouverture des boutons floraux. Ces derniers ont peut-être gelé vu le coup de – 4°C.
Les pommiers commencent à fleurir, la fleur centrale s’ouvre sur les variétés à floraison précoce. C’est pareil, à – 4°C il peut y avoir de lourds dégâts.

Tags :
,