L'info régionale

Réseaux sociaux

Distillation : un geste insuffisant

Distillation : un geste insuffisant

Pour la Coordination Rurale, l’Europe vient de donner à la viticulture un bien mauvais signal. La décision du comité européen de gestion des vins quant à la distillation de crise marque la volonté d’abandonner les mécanismes de régulation actuels du marché communautaire du vin.

Si la distillation de crise ne doit pas être un outil permanent de régulation du marché en soi, il s’agit néanmoins d’un mécanisme de crise qui ne doit pas être supprimé.

La CR prend acte du geste supplémentaire annoncé hier par le Ministre de l’Agriculture. L’abondement à la distillation permettra certainement d’écouler des volumes en vin de table, car le montant annoncé se trouve au niveau du marché actuel, voire même légèrement supérieur. Par contre, le prix de la distillation des vins de qualité est largement insuffisant et risque d’entraîner à la baisse des cotations déjà inférieures au prix de revient.

L’abondement français est certes un beau geste, mais la CR attend qu’il se concrétise au plus vite. Les viticulteurs qui ont joué le jeu de la distillation « alcool de bouche » en 2005 n’ont été rémunérés qu’à 60% du prix communautaire et devront attendre le 21 juin pour toucher le complément du prix européen ainsi que l’abondement français !

Les viticulteurs, dans une situation de trésorerie dramatique, ne pourront patienter longtemps pour percevoir le paiement de la distillation, au risque de vendre leur vin au même prix – voire à moins cher – à des négociants qui régleront plus rapidement.