L'info régionale

Réseaux sociaux

« 50% de local et 100% de bio dans la restauration scolaire… où est la logique ? »

« 50% de local et 100% de bio dans la restauration scolaire… où est la logique ? »

Suite aux vives réactions suscitées par la mise en place d’un menu unique sans viande dans les écoles lyonnaises, M. Grégory Doucet, Maire écologiste de Lyon, a souhaité apaiser les tensions en organisant une rencontre avec les représentants professionnels de l’agriculture. François Walraet, Président de la Coordination Rurale Auvergne Rhône-Alpes, a activement pris part à cette réunion.

Après être longuement revenu sur sa décision d’imposer un menu unique sans viande dans les écoles pour fluidifier le service et assurer le respect des règles sanitaires, le Maire de Lyon s’est ensuite appliqué à présenter les objectifs du cahier des charges de la restauration scolaire 2022-2026. L’ambition de la mairie écologiste est de pouvoir proposer aux enfants une alimentation 100% bio et 50% locale à l’horizon 2026… mais où est la logique ?

Pour François Walraet, il aurait été plus judicieux d’inverser ces objectifs : « à l’heure où la grande majorité des agriculteurs français se trouvent dans une situation catastrophique, cette décision est 100% aberrante. Nous avons la chance d’être dans un pays capable d’offrir aux écoliers des produits diversifiés, sains et de qualité… Pourquoi la mairie de Lyon s’évertue-t-elle à vouloir importer des produits bio qui viennent de l’autre bout du monde ? C’est une décision surprenante pour des écologistes... »

Le Président de la Coordination Rurale AURA salue en revanche la volonté qu’a M. Doucet de favoriser la saisonnalité des produits et de retisser le lien ville-campagne : « Rétablir un lien fort entre la ville et la campagne est aujourd’hui essentiel mais il ne faut pas se restreindre. Travailler avec des producteurs dans un rayon de 50km est un idéal qui ne doit pas servir de modèle de référence pour autant. Une ville de l’ampleur de Lyon doit pouvoir élargir son périmètre d’approvisionnement à la région, voire à la France. Je préfère que les écoliers consomment du riz français issu de l’agriculture conventionnelle plutôt que du riz bio en provenance de Chine. » Sur cet exemple précis, le Maire de Lyon reste ancré sur ses positions : le bio avant tout… au détriment de l’empreinte carbone et des producteurs français !

Pour conclure, M. Doucet s’est engagé à ce que la viande fasse son retour dans les cantines scolaires de la ville à la réouverture des écoles. Cependant, cela induira une réorganisation du service : « nous ne serons en mesure de ne proposer qu’un seul plat, sans entrée. Pour assurer le respect des règles sanitaires, le repas devra certainement être pris à l’extérieur mais cela ne devrait pas s’avérer problématique avec le retour des beaux jours. » Concernant la place de la viande dans la restauration scolaire, le maire de Lyon ajoute qu’il préfère privilégier la qualité à la quantité. Dans ce cadre, la mairie n’envisage pas de proposer de la viande à tous les repas pour que cela n’impacte pas le budget des familles. Quand on sait que la part dans le budget des ménages consacrée à l’alimentation est passée de 35% à moins de 20% entre 1960 et aujourd’hui, cela interroge sur la manière dont les Français considèrent aujourd’hui celles et ceux qui les nourrissent chaque jour. Ce travail a un prix… tout n’est que question de priorité !

La Coordination Rurale remercie M. Doucet pour son invitation et espère que des synergies co-construites, positives et pérennes pourront rapidement s’instaurer entre Lyon et sa périphérie agricole !