Newsletter
L'info régionale
Liens utiles
Les jeunes CR

L'info régionale


Liens rapides


Réseaux sociaux

Prix du porc : la FNP déconnectée des réalités du terrain

neels 021

Prix du porc : la FNP déconnectée des réalités du terrain

Alors que le prix du porc remonte légèrement ces dernières semaines, l’Organisation nationale des éleveurs de porcs (Onep) de la Coordination Rurale reste vigilante, contrairement à la FNP. En effet, l’Onep rappelle que le chemin est encore long avant d’arriver à une situation stable pour la filière.

Contrairement à la FNP (Fédération Nationale Porcine – entité spécialisée de la FNSEA), qui s’est félicitée de la hausse du prix du porc qui atteint les 1.46€/kg, Pascal Aubry, président de l’Onep, rappelle quant à lui que la crise porcine n’est pas encore derrière nous et qu’à cet égard la vigilance reste de mise : « la remontée des cours agit comme une bouffée d’oxygène pour un très grand nombre d’éleveurs, mais il ne faut pas se réjouir trop vite et croire que la filière est sortie de la crise. Nous venons tout juste d’atteindre un prix qui permette de couvrir les coûts de production. »

Et pour cause, sur les six premiers mois de l’année, le prix moyen du porc n’était que de 1,20€/kg. Cette hausse permet donc seulement à une partie des agriculteurs d’atteindre un prix d’équilibre or, en tant que représentants de la profession, nous devons défendre les intérêts de tous les éleveurs.

L’Onep reste donc prudente face à ces chiffres : il reste encore beaucoup de travail. « La filière porcine manque considérablement d’investissements, ce n’est pas en gagnant de l’argent 15 jours par an que la porcherie France va se remettre à flot ! Il y a encore trop d’incertitudes concernant l’avenir et je pense qu’il est risqué de tout miser sur un marché » conclut Pascal Aubry en prenant pour exemple les exportations en Chine.



Inscription à la newsletter nationale





Adresse e-mail * :
Veuillez ressaisir votre Adresse e-mail * :
Prénom :
Nom :
Code postal * :
Ville :
Mobile :

Vous êtes agriculteur ? Quel est votre domaine d’exploitation ? :
Viticulture
Grandes Cultures
Productions Spécialisées
Lait
Viande
Fruits et Légumes

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.