L'info régionale

Réseaux sociaux

Jeune installé et CR : pourquoi cet engagement syndical ?

Benoit Latour CR34 jeune installé

Jeune installé et CR : pourquoi cet engagement syndical ?

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Benoît Latour, j’ai 23 ans. Je suis viticulteur et oléiculteur à Nissan-lez-Ensérune dans l’Hérault (34).

Quel parcours de formation as-tu suivi avant de devenir jeune installé ?

Après un bac économique et social (ES), j’ai commencé une année de DUT gestion d’entreprise et administration (formation sur 2 ans). A la fin de la première année, j’ai décidé de me réorienter vers un BTS viticulture-œnologie que j’ai effectué par alternance sur le domaine familial. Je me suis installé sur le domaine à l’issu de ce BTS.

Comment as-tu vécu ton parcours d’installation ?

Assez bien car j’ai rejoint l’exploitation familiale en 2015, comme apprenti, puis en prenant progressivement de plus en plus de responsabilités au sein de l’exploitation.

Comment imagines-tu ton exploitation dans dix ans ?

Sur l’exploitation nous travaillons, mon père, mon frère et moi. J’espère que d’ici une dizaine d’années, nous développerons notre production d’olives et surtout la commercialisation directe des olives et des huiles d’olive.

Quel bilan dresses-tu de cette première année de jeune installé ?

Cette première année a été une belle année. De labeur certes, mais c’est un métier très exigeant et je suis heureux de le faire.

Pourquoi l’engagement syndical à la CR ?

Je souhaite m’investir pour défendre notre agriculture qui est mise à mal. La CR est un syndicat apolitique, et il est vrai que cette position me plaît bien. Il est dommage de voir que le copinage entre syndicats (pour ne pas citer que la FNSEA) et certains partis politiques ou acteurs de l’agriculture française a mis le monde agricole en grande difficulté.

Si demain tu es nommé ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, quelle serait la première mesure que tu souhaiterais mettre en place ?

Je souhaiterais que les prix dans l’agriculture soient rémunérateurs, notamment en réformant la Politique agricole commune (PAC). Il n’est pas normal qu’en France, les agriculteurs ne puissent plus vivre décemment de leur travail.

Je mettrais également en place un soutien moral pour les agriculteurs. En France, un agriculteur se suicide tous les jours. Comment, dans notre pays aussi développé, avons nous pu en arriver là ?!

Je lutterais aussi contre l’agribashing en promouvant l’agriculture en France.

Enfin, je m’opposerais l’urbanisation à outrance dans notre pays. Il faut défendre nos terres, notre outil de production.