L’année 2021 se termine et il est temps de dresser un bilan des douze derniers mois et des actions mises en œuvre par la section Viande de la Coordination Rurale pour défendre les intérêts des éleveurs allaitants. L’année a une nouvelle fois été riche en actualité et toujours quelque peu rythmée par une pandémie persistante. La section Viande de la Coordination Rurale a continuellement tenu son rang et participé aux discussions avec les membres de la filière et les acteurs institutionnels en étant toujours force de proposition.

Il est toujours difficile de résumer une année d’actions et de combats syndicaux en quelques lignes, mais nous avons synthétisé pour vous les principales thématiques abordées par la section durant cette année 2021.

Nous vous souhaitons à toutes et à tous de très belles fêtes de fin d’année et des moments chaleureux avec vos proches.

Déblocage d’une aide de 60 millions d’euros par le Ministère

Les marchés des broutards et des jeunes bovins ont été fortement perturbés depuis le début de la crise sanitaire. En effet, les pays du bassin méditerranéen, auxquels les broutards sont destinés, ont subi de plein fouet la pandémie, ce qui a fait chuter l’afflux de touristes et donc la consommation de viande. En parallèle, un sur-stock important d’animaux en ferme pesait sur les cours, aggravant la situation pour les éleveurs. Alors que certains prônent une rétention des animaux en ferme, la Coordination Rurale juge cette démarche au contraire délétère. Notre syndicat a donc multiplié les rencontres et les échanges avec le ministère de l’Agriculture afin de solliciter l’octroi d’une aide forfaitaire à la commercialisation des jeunes bovins mâles et des broutards. En réponse aux demandes soutenues de la CR, le ministère a débloqué, au mois de juillet, une enveloppe de 60 millions d’euros pour soutenir le secteur de l’élevage allaitant. Toutefois, la CR regrette que cette aide soit soumise à des conditions de revenu (11 000 € sur le dernier exercice).

Lien vers l'article

Partenariat avec les bouchers

Dans une démarche vertueuse synonyme de prix pour les éleveurs, la section Viande s’est rapprochée des fédérations de bouchers afin d’initier des échanges avec les éleveurs et favoriser la mise en place des partenariats locaux.

Lien vers l'article

Une nouvelle PAC délétère pour les éleveurs allaitants

Les éleveurs allaitants sont ressortis perdants de la réforme de la PAC telle qu’arbitrée cet été par le ministère. En effet, malgré les nombreuses demandes de la CR pour une revalorisation des aides aux éleveurs, qui composent l’essentiel de leur revenu, le ministre a fait le choix de réduire la part des aides directes accordées aux vaches allaitantes, préférant le développement des protéines végétales. La CR estime que ces arbitrages ont comme objectif, in fine, la réduction du cheptel.

Lien vers l'article

Accompagnement des éleveurs de chevreaux

La section Viande a également été force de proposition pour aider les éleveurs de chevreaux à sortir du marasme économique. En effet, la pandémie a conduit à des sur-stocks de viande et à un effondrement des prix. Lors d’une audition organisée par le Conseil général de l’alimentation et de l’agriculture (CGAAER), nous avons pu faire part de nos propositions en demandant notamment que l’État encourage l’approvisionnement de la restauration collective en viande de chevreau ou bien encore l’adoption de lactations longues pour les chèvres afin de limiter l’afflux de chevreaux.

Lien vers l'article

Combat contre les substituts végétaux

Sur le volet juridique, la Coordination Rurale a assigné en justice la société « Les Nouveaux Fermiers » pour parasitisme sur la filière bovine. En effet, cette société élabore des produits à base de végétaux en imitant la viande.

Réforme de la réglementation bio : attention aux incohérences

La réforme de la réglementation bio qui entrera en application en 2022 aura des impacts techniques et financiers significatifs pour les éleveurs bovins. À cet effet, la section Viande a sollicité et obtenu un entretien avec le conseiller du ministre en charge du dossier, et participe activement aux discussions interprofessionnelles, afin que les éleveurs ne se retrouvent pas lésés par cette réforme.

Lien vers l'article

Dans la même catégorie

Environnement
Fruits et Légumes
Pommes de terre
Aides animales