L'info régionale

Réseaux sociaux

Négociations commerciales : un premier pas vers une rémunération décente ?

OPL

Négociations commerciales : un premier pas vers une rémunération décente ?

À l’heure où les négociations entre les industriels du lait et les distributeurs battent leur plein, plusieurs accords ont pu être signés et représentent une avancée minime par rapport aux prix pratiqués ces derniers mois. La Coordination Rurale en prend acte mais reste dubitative sur la manière dont cela va se répercuter sur le prix payé aux éleveurs.

« En ce début d’année 2019, nous avons vu l’annonce de plusieurs accords commerciaux signés à des prix oscillants autour de 370 €/1000L. En parallèle, les prix annoncés par les industriels aux producteurs pour les premiers mois de l’année sont bien en deçà, à 330 €/1000L » indique Véronique Le Floc’h, responsable de la section Lait de la Coordination Rurale.

L’Unell (Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis) a pour sa part annoncé un prix de 380 €/1000L (38 cts/L) pour 2020 dans le cadre de la future signature d’un accord-cadre avec Lactalis, mais quelle sera dans les faits l’attitude de l’industriel ? « Nous saluons l’avancée, mais ce n’est pas suffisant car cet accord ne sera effectif que sur 50 % du mix-produit de l’industriel, et seulement si la distribution accepte de relever le prix à la vente dans ses magasins. C’est symptomatique du fonctionnement de la filière, où tout le monde se renvoie la balle tout en voulant se faire passer pour vertueux. Ils n’ont rien compris à l’urgence de la situation des producteurs ! » rajoute Véronique Le Floc’h.

Les 396 € de l’Idele vraiment différents des 450 € de l’EMB ?

Les accords commerciaux négociés en ce début d’année tendent vers les 396€/1000L de la méthode Couprod, adoptée par l’interprofession laitière comme indicateur. Elle est basée sur le RICA de 2016 et présente une moyenne sur 5 ans qui s’approche des 422 €/1000L, « à seulement quelques encablures des 450 €/1000L défendus par l’OPL de la Coordination Rurale depuis 10 ans et bien loin des 350 € que défendait la FNPL il y a seulement trois mois  ! » rappelle Joseph Martin, représentant de la CR à l’interprofession laitière.

Ces récentes avancées prouvent que la combat de la Coordination Rurale n’est pas vain. Elle continuera à se battre pour défendre un revenu digne pour les éleveurs laitiers français.