Compte-rendu de Damien Brunelle suite à la 4e et dernière réunion de l'atelier 1 intitulé : « Répondre aux attentes des consommateurs »

Pour notre dernière grand-messe, nous avons joué au jeu des post-it par petits groupes (d'une quinzaine de participants), il s'agissait de proposer 5 idées importantes à retenir des EGA. J'ai remis une louche sur :

  • les prix rémunérateurs (le terme de « prix justes » figure dans le projet du livrable ce qui à mon sens demandait quelques précisions pour le mot « justes »),
  • puis sur l'étiquetage des origines complètes des ingrédients,
  • l'harmonisation des règles et normes européennes,
  • une meilleure reconnaissance du travail des agriculteurs sans pour autant augmenter le niveau d'exigence français (pas par une certification HVE comme socle),
  • plus de sincérité pour les consommateurs dans l'étiquetage, sans pour autant aller jusqu'à faire apparaître le mode d'abattage (terrain dangereux).

Mon voisin de FNE était tout à fait dans son rôle lorsqu'il a proposé que HVE niveau 2 soit le niveau minima des exploitations françaises mais en revanche la surprise est venue du représentant FNSEA qui a partagé son point de vue. Je lui ai demandé s'il se rendait compte que contrairement à ce qu'ils disent à leurs adhérents il était en train de valider une augmentation des « normes » françaises. J'ai expliqué que nous pourrions accepter cette élévation du niveau d'exigences, si et seulement si, il s'agissait d'une position de toute l'Europe - compte tenu de l'absence de frontière intra-européenne - et j'ai rappelé qu'elle pourrait trouver sa place avec la proposition (floue) d’Emmanuel Macron faite hier de mettre l’Europe sur la voie de l'autosuffisance alimentaire. Le coprésident de l'atelier (président de laiterie) - présent dans notre groupe - est venu à la rescousse de son copain fédé en disant que le niveau européen n'était pas du niveau des EGA et là j'ai eu le soutien d'une bonne partie du groupe qui souhaite aussi que les EGA fassent des propositions fortes et pas seulement franco-françaises.

Malheureusement, au moment de faire le tri dans nos propositions, j'ai bien peur que les mêmes n'en retiendront que ce qu'ils veulent : davantage d'infos au niveau étiquetage, HVE ou Bio à développer, augmenter le rôle des interprofessions, contractualisation.

 

Dans la même catégorie

Paroles d'agriculteurs
Alimentation
Alimentation
Alimentation