La Coordination Rurale (CR) s’oppose catégoriquement à l’augmentation progressive du tarif d’accise sur l’achat de gazole non routier (GNR) et appelle tous les parlementaires à voter sa suppression lors de l’examen du Projet de loi de finances (PLF) 2024.

La dernière entrevue de la CR avec le ministère pour échanger sur le sujet du GNR n’a pas eu d’issue rassurante, surtout dans un contexte d’enchaînement des interdictions de produits phytosanitaires, entraînant ainsi une hausse des passages mécaniques nécessaires. Pour la CR, cette mesure injustifiée ne va en rien contribuer au verdissement de l’agriculture, aucune alternative n’existant pour les agriculteurs. Le B100* nécessite bien trop d’hectares de colza pour être une solution, sans compter les coûts exorbitants pour adapter les outils agricoles. Cela n’empêche pas le gouvernement de d’abord sanctionner l’utilisation du GNR agricole et d’évoquer une future concertation pour chercher d’éventuelles solutions dans un second temps.

Comme déjà dit et répété par la CR, les mesures fiscales annoncées en compensation ne profiteront qu’à certains et ne sont pas suffisantes. La situation financière actuelle des agriculteurs français ne permettra pas une hausse même progressive de la taxation du GNR. À l’inverse de la ligne directrice du gouvernement, il est nécessaire de mettre en place un plafonnement du GNR à 1€/l pour les agriculteurs, a minima pour un certain volume par hectare ou par exploitation.

*carburant 100 % végétal, composé à 100 % d’esters méthyliques d’acides gras

Dans la même catégorie

Économie
Économie
Bio
Économie