Newsletter
L'info régionale
Liens utiles
Les jeunes CR

L'info régionale

Réseaux sociaux

Et pourquoi pas la poudre de lait pour la nutrition animale ?

poudre de lait

Et pourquoi pas la poudre de lait pour la nutrition animale ?

Le 18 Juin dernier, le commissaire européen à l’agriculture et au développement rural, Phil Hogan, a balayé une fois de plus l’utilisation de la poudre de lait dans l’alimentation animale, proposition prônée par l’European Milk Board (EMB), la Coordination Rurale, Coop de France et par le ministre de l’agriculture français. Comment expliquer cette énième opposition et cette inaction récurrente de la Commission Européenne face à ces stocks vieillissants pesant sur le marché laitier international ? Les lobbies des industriels laitiers et de l’alimentation animale sont assurément puissants de par les emplois qu’ils créent et le commerce qu’ils génèrent; il reste que les agriculteurs, notamment le courant majoritaire via le Copa Cogeca, sont incapables de dénoncer le double profit qu’en tirent les premiers, ceux-là mêmes qui les “commandent”, les forment et les indemnisent pour partie !

Un stock qui perdure

En 2017 seules 220 tonnes, sur les 378 000 stockées via l’intervention, ont été vendues par adjudication ce qui représente une goutte de lait dans l’océan stocké. Depuis janvier 2018, l’écoulement du stock s’est accéléré avec la vente de 90 000 tonnes, mais à un prix de 11-12 centimes le kg, contre un prix d’achat de 18 à 20 centimes, soit à perte ! Il est d’autant plus intolérable de vendre à perte que le stockage représenterait un coût annuel important de 10 millions d’euros pour l’UE, l’équivalent de près de 9000 tonnes de poudre au prix actuel, soit près de 10% des ventes totales depuis janvier 2018 (2). Ce coût est à superposer au vieillissement et à la dépréciation du stock, mais également au manque à gagner pour les producteurs qui n’est autre qu’une économie pour les industriels européens ! ” Ces stocks constituent un prétexte pour une décote sur le prix du lait aux producteurs, une économie pour les industriels qui peut être évaluée à 1000 fois le coût annuel du maintien des stocks ou 10 milliards d’euros rien qu’en partant sur une retenue de 70€/1000 litres, somme qui permettrait d’approcher les 450€/1000 litres (1) et intégrerait les coûts de production tout en rémunérant dignement les éleveurs !” s’insurge Véronique Le Floc’h.

De nouveaux marchés à ouvrir

M. Phil Hogan doit en plus de la vente par adjudication autoriser la vente sur d’autres marchés comme celui de l’alimentation animale ou l’aide aux plus démunis. La section lait de la Coordination Rurale ainsi que l’EMB militent pour que ce stock de poudre de lait européen soit écoulé rapidement et que la production s’ajuste aux besoins réels des marchés. Ils proposent la mise en place du programme de responsabilisation face au marché (PRM) pour sortir de cette crise qui n’est que passagèrement en sommeil et loin d’être réglée !

(1) 70€/1000L x 150 milliards de litres UE28 > 10Mds€ ou prix moyen 2017 344€/1000L + 70€ + PV = 450€
(2) 10 millions d’€ de frais de stockage / 1135€ (prix de vente moyen de la tonne de poudre depuis avril 2018) = 8800 T



Inscription à la newsletter nationale





Adresse e-mail * :
Veuillez ressaisir votre Adresse e-mail * :
Prénom :
Nom :
Code postal * :
Ville :
Mobile :

Vous êtes agriculteur ? Quel est votre domaine d’exploitation ? :
Viticulture
Grandes Cultures
Productions Spécialisées
Lait
Viande
Fruits et Légumes

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.