L'info régionale

Réseaux sociaux

Élections aux Chambres d’agriculture et RSE – L’essentiel de la conférence de presse

BL-VLF-conférence-presse-2019 élections aux chambres d'agriculture et RSE

Élections aux Chambres d’agriculture et RSE – L’essentiel de la conférence de presse

Bernard Lannes et Véronique Le Floc’h ont tenu la traditionnelle conférence de presse des vœux mardi 8 janvier 2019. La Coordination Rurale a ainsi pu évoquer ses ambitions pour les élections aux Chambres d’agriculture. Elle a également présenté une démarche de RSE visant à noter les entreprises de l’agroalimentaire.

Les élections aux Chambres d’agriculture 2019

La CR est en progression constante. Cette année, les listes de la Coordination Rurale pour les élections aux Chambres d’agriculture couvriront ainsi 98,5 % de l’électorat.
Les listes CR comportent de nombreux jeunes agriculteurs. 13 des têtes de listes sont des femmes.
Ont également été constituées deux listes d’union avec la Confédération Paysanne en Puy-de-Dôme (chambre sortante) et en Haute-Garonne.

Que ce soit sur le terrain, dans les médias ou sur les réseaux sociaux, les agriculteurs portant les messages de la campagne électorale de la CR, ce sont des agriculteurs qui parlent à des agriculteurs. Ils abordent donc des sujets du quotidien des agriculteurs, de la PAC et d’autres directement liés aux compétences des Chambres. Ils ont de ce fait voulu aller vers des sujets que d’autres osent à peine évoquer : les dérives des coopératives, l’usage des produits phytosanitaires…

« Il est temps de rendre l’agriculture aux agriculteurs »

Le slogan général de la campagne résume tout. Les agriculteurs ont à juste titre un sentiment de dépossession. Ils sont dépossédés par les filières, les conseillers techniques de certaines de leurs coopératives, les politiques qui préfèrent séduire les consommateurs, l’administration qui multiplie les contraintes et les contrôles, mais aussi par le syndicat majoritaire qui défend les filières plus que les agriculteurs…

Certains journalistes ont pointé le risque d’une forte abstention. Mais alors pourquoi ce désintérêt pour les élections aux Chambres d’agriculture ?
L’abstentionnisme croissant lors des élections aux Chambres d’agriculture s’explique en grande partie parce que les agriculteurs ne voient plus les Chambres d’agriculture comme un outil à leur service.
60 ans d’emprise d’un syndicalisme « majoritaire » ont contribué à faire des Chambres d’agriculture des organismes mous œuvrant pour une vision sans ambition pour les agriculteurs, en en faisant une structure au service d’elle-même et travaillant pour son propre fonctionnement. Et souvent une structure que l’on confond avec les DDT car elle applique la réglementation de manière mécanique sans se demander si un organisme professionnel peut proposer autre chose. Tel n’est pas le cas dans les Chambres CR.

Une démarche RSE portée par la CR

Qu’est-ce que la Responsabilité sociétale des entreprises ?
Elle se définit par l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et à leurs relations avec les parties prenantes, notamment les fournisseurs.

Les experts de la RSE reconnaissent à l’unanimité qu’au-delà de ce qui se passe à l’intérieur des entreprises, l’enjeu d’aujourd’hui relève de la relation des entreprises avec leurs fournisseurs.

Pour l’agroalimentaire, les fournisseurs sont les agriculteurs.
En tant que syndicat agricole 100 % indépendant, nous avons toute légitimité pour informer les consommateurs et l’ensemble des acteurs sur le comportement des entreprises de l’agroalimentaire avec leurs fournisseurs.

Pour ce faire, nous allons développer des indicateurs RSE permettant de noter les acteurs de l’agro-alimentaire selon leurs relations avec leurs fournisseurs.

L’objectif majeur est d’améliorer les relations commerciales au sein des filières pour une juste rémunération des agriculteurs (ou une meilleure rétribution via les parts sociales), y compris avec les coopératives dont la gouvernance doit s’améliorer. La démarche est donc avant tout constructive. Elle vise d’abord à responsabiliser tous les échelons de la filière en leur faisant mieux mesurer que l’avenir des producteurs est également le leur. Nous en sommes parfois à nous demander si certains ont  réellement conscience qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont assis…

Les données et la méthode

Le projet sera centré sur les aspects économiques et sociaux, mais nous traiterons également le volet environnemental. Tout est en effet lié ! Les données utilisées vont des informations accessibles en ligne sur les sites officiels aux comptes des entreprises en passant par les témoignages d’agriculteurs et des clients. Un think tank indépendant, Agriculture Stratégies, jouera un rôle primordial dans cette démarche. Il œuvrera notamment à la constitution d’un comité d’experts indépendants pour faire valider nos méthodes.

DANS LA PRESSE