Newsletter
L'info régionale
Liens utiles
Les jeunes CR

L'info régionale


Liens rapides


Réseaux sociaux

335 € : un prix-plancher adéquat pour le lait en poudre d’intervention

335 € : un prix-plancher adéquat pour le lait en poudre d’intervention

Par le passé, la production était excessive et aujourd’hui, le marché du lait demeure dans l’impossibilité d’absorber ces volumes excédentaires. Actuellement, le mécanisme d’intervention couvre environ 350 000 tonnes de lait en poudre, un poids bien indigeste au vu des tensions sur le marché du lait dans l’Union européenne. A présent, les prix du lait cru dans l’UE sont certes un peu plus élevés qu’il y a encore quelques mois. Mais à 33 centimes le litre en moyenne, ils sont loin d’atteindre un niveau rémunérateur.

Comme l’explique Romuald Schaber, le président de l’European Milk Board (EMB), nous irions inévitablement au-devant d’une nouvelle chute brutale des prix du lait si les Etats-membres de l’UE devaient vendre la poudre d’intervention au prix dérisoire du marché, à savoir 175 € les 100 kg. « Pourtant, le prix actuellement fixé par l’UE, à savoir 215 € les 100 kg, est trop bas et exercerait une pression négative excessive», argumente Romuald Schaber. Le lait en poudre d’intervention devrait, selon lui, être vendu uniquement à un prix susceptible d’apporter une stabilisation du marché. En partant d’un coût de production supérieur à 40 centimes par litre de lait cru, comme recensé dans les pays qui recourent intensément à l’intervention tels que la France, l’Allemagne et la Belgique* et après ajout des frais de transport, de transformation et de commercialisation, nous arrivons à un prix d’au-moins 335 € pour 100 kg de lait en poudre.

calcul_seuil_lep

« L’Union européenne se trouve face à un dilemme », estime Romuald Schaber. « Après l’abolition des quotas en 2015, le mécanisme d’intervention et le stockage privé sont devenus des outils essentiels pour la stabilisation du marché laitier. Comme on le constate depuis plus de deux ans, ces outils ne sont toutefois pas à la hauteur de la tâche. » Ainsi, dès les premières semaines, l’intervention n’a débouché sur aucun rétablissement des prix et le lait en poudre stocké s’avère désormais n’être qu’un fardeau. « Cependant, ces stocks encombrants ne peuvent simplement être bradés. Le prix visé de 335 euros par 100 kg constitue un prix-plancher honnête et adéquat », insiste le Président de l’EMB.

Contrairement au mécanisme problématique de l’intervention, le programme de réduction des volumes activé par l’UE en fin d’année dernière a contribué à un remarquable rétablissement du marché. En l’occurrence, les volumes non nécessaires ne sont pas produits et n’entravent donc pas le secteur par la suite. Cependant, il ne s’agit jusqu’à présent que d’une mesure ponctuelle. Comme l’explique Romuald Schaber, il reste encore à mettre en place, au niveau de l’UE, un outil permanent de réduction volontaire de la production associé à un plafonnement temporaire durant la période de réduction. L’EMB recommande que ce mécanisme soit intégré à un instrument de gestion des crises, à savoir le Programme de Responsabilisation face au Marché.



Inscription à la newsletter nationale





Adresse e-mail * :
Veuillez ressaisir votre Adresse e-mail * :
Prénom :
Nom :
Code postal * :
Ville :
Mobile :

Vous êtes agriculteur ? Quel est votre domaine d’exploitation ? :
Viticulture
Grandes Cultures
Productions Spécialisées
Lait
Viande
Fruits et Légumes

Les champs marqués d’un * sont obligatoires.