Au lendemain de la Fête Nationale du 14 juillet, la Coordination Rurale de l’Isère était alertée par des agriculteurs de la plaine de Catelan qui avaient eu une très mauvaise surprise à leur réveil. En effet, qu’ils soient originaires de Saint-Savin, de Vénérieu, de Bourgoin-Jallieu ou de Saint-Marcel-Bel-Accueil, beaucoup constataient avec dépit d’importantes dégradations dans leurs parcelles, causées par des rodéos de quads, trials et autres véhicules motorisés.

Dès la semaine suivante, la CR38 alertait par courrier le préfet du département et se faisait le relai de la pétition cosignée par quatorze agriculteurs du secteur. Regrettant les importantes pertes économiques causées par ces actes malveillants, ceux-ci entendaient se mettre en ordre de bataille et mener des actions communes pour faire cesser ces nuisances en :

  • déposant des plaintes collectives pour que l’institution judiciaire prenne en compte le problème,
  • demandant à ce que l’usage des chemins soit interdit aux véhicules motorisés, à l’exception des ayants droits et des agriculteurs,
  • demandant aux autorités compétentes de faire valoir leur pouvoir de police pour faire cesser ces nuisances.

Suite à ce signal d’alerte, Monsieur Christian Michalak, Sous-préfet de l’arrondissement de La-Tour-du-Pin, a tenu à recevoir une délégation de représentants de la CR38 pour évoquer le problème. Après un tour de table de présentation, le président de la CR de l’Isère, Thierry Boiron, a tout d’abord tenu à préciser le contexte global dans lequel évolue actuellement la profession : « Face aux campagnes de dénigrement, à la complexité des règles administratives, à la multiplicité des exigences environnementales, à l’absence de visibilité sur la conjoncture économique actuelle et à la virulence des aléas climatiques, les facteurs de risques tendent à avoir un poids de plus en plus important dans la vie des agriculteurs. » Avec la hausse des charges et des coûts de production, la situation devient de plus en plus critique pour des professionnels déjà sous tension.

Dans cette situation tendue, Frédéric Durand, adhérent du syndicat, déplore fermement tous les actes malveillants qui visent l’agriculture : « Au cours des dernières années, les attaques contre le monde agricole se font de plus en plus pressantes. À l’heure où les menaces, les vols, les intrusions et les actes de vandalisme s’intensifient, nos collègues sont désormais de plus en plus nombreux à craindre pour leur sécurité et pour la viabilité de leur exploitation. Il faut que cela cesse, et vite !« 

Pour le sous-Préfet Michalak, l’agriculture est un secteur qu’il s’agit de soutenir activement, et ce, dans l’intérêt de tous : « Aujourd’hui, si on peut difficilement se passer de téléphone, on peut encore moins se passer de manger.  Sans les agriculteurs, il ne restera plus que la cueillette et la chasse pour se nourrir… ça risque d’être très compliqué pour les mauvais tireurs ! » Pour lui, la pérennité de l’activité agricole passe par trois critères indispensables : « le revenu, la motivation des plus jeunes, le renouvellement et la transmission des outils de production« .

Le Sous-préfet condamne fermement les dégradations qui lui sont rapportées sur son arrondissement et, dans une logique d’apaisement, appelle tous les agriculteurs victimes de dénigrement, de menaces, d’attaques (verbales ou physiques) ou d’actes malveillants à agir dès les premiers signes d’alerte, avant que la situation ne se dégrade : dépôt de mains courantes, de plaintes, signalements, etc.

Sur invitation de la CR38, Monsieur Michalak se rendra prochainement sur l’exploitation de Frédéric Durand afin de prolonger ces échanges et aborder d’autres problématiques locales (la pression foncière notamment). Cette visite se déroulera en présence de représentants CR, d’élus, de journalistes et d’agriculteurs locaux.

Dans la même catégorie

CR 15
CR 03
CR 03
CR 15