L'info régionale

Réseaux sociaux

Maine-et-Loire. Fibre numérique et bocage : le monde agricole alerte !

Maine-et-Loire. Fibre numérique et bocage : le monde agricole alerte !

En Maine-et-Loire, l’accélération du déploiement de la fibre optique et ses conséquences sur l’entretien des haies en bord de route soulèvent le mécontentement.
Un communiqué de presse et une lettre ouverte rédigés par le GABBAnjou, pour alerter sur ce sujet, ont été signés par de nombreuses organisations agricoles et environnementales, dont la CR 49.

Les signataires tiennent à rappeler que depuis des dizaines d’années, Orange/France Télécom ainsi que l’ensemble des collectivités du territoire, en particulier les communes, ont renoncé à l’application de l’article L51 du code des postes qui obligeait les agriculteurs à élaguer les abords du fil téléphonique en cuivre. L’usage voulant que la collectivité entretienne le côté route et l’agriculteur le côté champ.
Mais cette règle d’usage semble s’être perdue. Le syndicat Anjou Numérique et la société Anjou Fibre ont fait le choix de faire passer la fibre par voie aérienne, juste au-dessus des lignes téléphoniques. Leur volonté étant, sans concertation préalable suffisante, d’attribuer aux seuls agriculteurs la responsabilité de la remise en conformité du réseau bocager, et de son entretien futur, afin d’éviter toute présence de végétaux à un mètre de la fibre optique.

Les conséquences seront nombreuses. Les agriculteurs auront une charge économique supplémentaire, de plus d’un point de vue environnemental, il est à craindre que les haies ne soient rasées pour éviter cet entretien lourd pour les agriculteurs.
Dans ce communiqué de presse et cette lettre ouverte, plusieurs solutions ont été proposées. Notamment, allouer l’entretien et la taille des haies relatifs à la fibre aux collectivités et/ou à ANJOU FIBRE, en prenant à leur charge la remise en conformité du réseau avec des techniques d’élagage ou encore en enterrant les lignes des fibres optiques.

Retrouvez ici la lettre ouverte complète.