Appel d’un député à détruire du matériel agricole en 2022, destruction de bassines en mars 2023 après des scènes d’émeutes, dévastation de champs maraîchers en juin 2023, saccages de vergers cet été dans le Tarn, détérioration d’une bassine sur la commune du Bernard en Vendée il y a quelques jours. Plus le temps passe et plus la liste s’allonge. Depuis des mois, la Coordination Rurale ne cesse de dénoncer les violences dont les agriculteurs sont la cible.

Parallèlement, les écologistes ne cessent de faire grimper le thermomètre du ressentiment à l’encontre de l’agriculture. Si la haine ouvertement assumée des écologistes, interroge les médias locaux, l’opinion publique quant à elle se montre beaucoup plus sévère.

En juin dernier, dans le cadre de son baromètre annuel sur la sécurité, l’institut de sondage Odoxa a questionné les Français sur les mouvements écologistes (1). Si l’environnement est une préoccupation importante du grand public, ceux qui s’en réclament les défenseurs sont loin de faire l’unanimité. En effet, 85 % des français désapprouvent les sabotages d’infrastructures et d’exploitations agricoles. Concernant les réserves d’eau, 57 % d’entre eux (le résultat du sondage atteint 70 % dans les zones rurales) rejettent l’idée de leur interdiction.

La fracture est telle que 73 % des français estiment que les services de renseignement doivent disposer à l’encontre des activistes écologiques des moyens existant pour faire face au terrorisme. Ne croyez pas qu’il s’agisse d’une lubie des franges les plus conservatrices de la population. Cette idée est majoritaire, y compris chez les sympathisants de gauche (56 %) et chez les moins de 35 ans (61 %). C’est donc bien un rejet massif de la méthode des hystériques de l’écologie.

Si la protection de l’environnement, activité pour laquelle les agriculteurs prennent leur part depuis de nombreuses années, est un sujet important, les français pensent clairement que les mouvements environnementalistes ne sont pas des défenseurs dignes de confiance. Pour conclure et paraphraser Georges Clemenceau, l’écologie est une chose trop grave pour la confier à des écologistes.

 

(1) Source : Odoxa https://www.odoxa.fr/sondage/les-francais-sopposent-aux-methodes-daction-des-activistes-ecologistes/

Dans la même catégorie

Environnement
Environnement
Élevage
Environnement