Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a enfin annoncé ce mardi la dissolution des « Soulèvements de la Terre ». S’ils saluent ce début de réponse, France Grandes Cultures (FGC) et la Coordination Rurale (CR), considèrent que cette décision, plutôt tardive, reste encore bien timide car elle ne sanctionne qu’une seule des organisations impliquées dans les récentes violences contre les agriculteurs et leurs équipements.

Cette dissolution n’est qu’une 1ère étape et FGC et la CR  tiennent à rappeler que quelle que soit la cause défendue, ces militants se trompent de combat en détruisant un outil de travail agricole. Ils ne font pas honneur à la cause qu’ils défendent et ne font qu’entraver les premiers artisans de la souveraineté alimentaire en les empêchant de mener à bien leur mission nourricière.

Cette dérive militante vers des actes de violence systématisés nous incite à rester particulièrement attentifs sur 2 points :

– cette sanction n’est qu’administrative, et nous attendons une réponse pénale proportionnée,
– nous attendons également que les auteurs des dégradations contre les réserves d’eau agricoles ces dernières années (Cram-Chaban, etc.) soient condamnés par les mêmes sanctions pénales.

Détruire les biens des paysans, qui sont les vrais écologistes, mérite une lourde sanction. Si nous sommes prêts à entendre que certains militants de cette organisation ne sont pas animés par de mauvaises intentions, il n’en reste pas moins que leur méconnaissance, voire leur ignorance des enjeux agricoles et environnementaux pose problème. Ils dénoncent l’agro-industrie et l’emprise du commerce sur la production, mais détruisent des serres et des systèmes d’irrigation.

Nous invitons donc ces personnes à venir se renseigner (par exemple sur le site de la Coordination Rurale), sur les enjeux liés à l’importance de l’irrigation agricole et les dangers liés à l’irrigation importée dont les agriculteurs sont les premières victimes ainsi que sur les contraintes réglementaires qui s’accumulent sans jamais permettre aux agriculteurs de mieux gagner leur vie.

Comme la Coordination Rurale l’a déjà fait à l’occasion des affaires de destruction de réserves d’eau, elle se portera partie civile cette fois-ci encore, afin de dénoncer ces violences inadmissibles,  dans le cadre d’une plainte contre X.

Dans la même catégorie

Environnement
Environnement
Élevage
Environnement