On me pose souvent cette question. Comment es-tu venu au syndicat ? Pourquoi t’impliques-tu ? Parfois, on me dit que "c'est une perte de temps", que "ça ne sert à rien".

Ces questions sont légitimes et chacun d'entre nous est en droit de se les poser surtout dans le contexte actuel ou l'éphémère côtoie l'incertain. Quoi de plus difficile pour se projeter dans un avenir et de le défendre ? Et pourtant ! Il suffit de voir les décisions de plus en plus contraignantes prises par nos interprofessions et nos politiciens. Je poserais une question à mon tour : «Faut-il mettre notre avenir, si fragile aujourd'hui, entre les mains de bureaucrates ? Je n'ai rien contre ces personnes, mais elles sont tellement, tellement, tellement loin de notre réalité que parfois (souvent), leurs décisions nous affaiblissent.

Mon combat à la CR est de permettre à tous les agriculteurs de vivre dignement de leur travail. Que tous nos anciens vivent dignement de leur retraite. Que nos jeunes se sentent dignes de faire ce métier qui nous tient tant à cœur ! Mais aussi d'être présent dans les réunions pour dire STOP à l'administration quand leurs choix ne sont pas bons. Pour dire STOP à la politique "des petits copains". Pour une justice et une transparence de notre système.

A mon sens, nous devrions tous nous impliquer. Savoir nous défendre /apprendre à nous défendre comme nos aïeux l'ont fait ! Nous ne devons pas subir mais agir. Agir, non pas dans une relation de soumission mais bien comme acteurs ! En réfléchissant, en nous impliquant ou tout simplement en étant solidaires.

Aujourd'hui, un train est en marche, celui de l'autonomie de nos fermes, de notre alimentation. Ils le savent, l'arrêt des tracteurs signifierait la famine et pourtant ils ne l'entendent pas. Pas facile me direz-vous quand les étals de nos magasins regorgent de victuailles. Et pourtant, dans le monde, des gens meurent de faim. La raréfaction du pétrole et la situation géopolitique actuelle devraient faire réfléchir. Tous ensembles, nous devons dire haut et fort que l'autonomie de l'agriculture est une nécessité vitale. Qu'aujourd'hui, la France a mal à sa campagne et ce n'est qu'ensemble que nous pourrons porter la voix de nos terres.

Voilà pourquoi je suis investi. Parce que je veux être de ceux qui décident et non de ceux qui subissent et si nous échouons, tant pis, j'aurais combattu fièrement et pour toutes les victoires, aussi minimes soient elles. Je serais fier d'avoir donné de mon énergie. N'hésitez pas à nous rejoindre, à vous engager, où vous voulez, ça m'est égal, chacun ses idées. Mais faites-le, nos campagnes ont besoin de vous !

Au plaisir de vous voir

Jean Jacques Pesquerel

Président de l'URDAC/CR14

Dans la même catégorie

Normandie
CR 14
Hauts-de-France
CR 14