Pour 35 à 40 nouvelles installations, c'est 150 exploitations agricoles qui disparaissent chaque année dans le département. Face à ce constat, les Jeunes Agriculteurs de la Coordination rurale (JACR) ont décidé de prendre le taureau - ou la vache laitière - par les cornes.

Une journée de formation pour « encourager les jeunes à s'installer », ce n'est pas grand-chose. Mais c'est une première dans le département, et la présence d'une trentaine d'aspirants agriculteurs hier à Luynes prouve que l'initiative n'est pas de trop. « Les candidats à l'installation ne manquent pas, mais ils se font peur au moment de passer le pas, reportent, et parfois renoncent », explique Stéphane Pelletier, animateur des JACR.

Exploitants récemment installés, banquier et conseillers en gestion rappellent les ficelles d'une installation réussie à un parterre studieux de jeunes - dans l'agriculture, c'est jusqu'à 40 ans, succession familiale oblige -.

Créer une entreprise, c'est toujours périlleux. Encore plus quand l'investissement minimal se chiffre « autour de 300.000 € ». Grâce aux aides mises en place, les nouvelles exploitations ont « cinq ans pour trouver l'équilibre ». Après, le « château de carte » (aide, prêts, etc.) s'écroule. « Aujourd'hui, 35 % des exploitations ne fêtent pas leur 5 e anniversaire », souligne Stéphane Pelletier.

Le montage financier aura beau être solide, « le moindre aléa peut faire péricliter une exploitation ». « On sera toujours dépendants du climat », lâche Xavier Frémont, président des JACR.

Pour être plus solide, il y a la mythique solidarité paysanne. Mais pas seulement. Diversification et valorisation sont désormais les deux mamelles d'une exploitation pérenne. « Les jeunes arrivent avec plein de bonnes idées pour redynamiser la production », estime Stéphane Pelletier. Au moins 1 agriculteur sur 10 s'oriente vers la valorisation : transformation, vente directe, nouveaux produits... « Ce n'est pas donné à tous, car il faut avoir la personnalité qui va avec, un profil commercial », modère Stéphane Pelletier.

Une journée de formation comme celle organisée hier à Luynes peut aider chacun à trouver son modèle.

Mariella Esvant
Source : http://www.lanouvellerepublique.fr

Dans la même catégorie

CR 41
CR 36
CR 41
Centre-Val de Loire