L'info régionale

Réseaux sociaux

Lubrizol et préjudice en grandes cultures : demandez votre indemnisation par le FMSE avant le 15 décembre

Lubrizol et préjudice en grandes cultures : demandez votre indemnisation par le FMSE avant le 15 décembre

Jusqu’au 15 décembre, les agriculteurs ayant subi les effets négatifs de l’incendie de l’usine de Lubrizol doivent effectuer une déclaration sur le site Internet du FMSE : http://www.fmse.fr/fonds-indemnisation-l/

A l’initiative de France Grandes Cultures (FGC), voici quelques conseils pour renseigner au mieux votre préjudice et pour ne rien oublier, sur la base d’une note de l’institut Arvalis : Implantations retardées : quelles adaptations variétales et culturales mettre en œuvre ?

Le retard des semis de blé (3 semaines, voire plus) engendre des surcoûts et une baisse probable du rendement.

Côté potentiel de rendement, le graphique de la page 2 situe les enjeux de la date de semis sur le rendement du blé dans les départements 14, 22, 27, 44, 56, 80, 91. La ligne rouge correspond à l’ajustement moyen mais la dispersion des points vous permet de juger de la variabilité donc de la prise de risque.

Les autres postes de charges à considérer sont :

· Implantation : on peut retenir un accroissement de la part de labour, difficile à préciser en l’état.

· Densité semis : le tableau inclus dans la note Arvalis propose une augmentation des densités de semis pour les dates d’implantation postérieures au 10/11, de +10 à +16%, ce qui grève le poste semences.

· Fertilisation : sans doute nul pour la fertilisation azotée car l’éventuel effet sur la perte de potentiel de rendement (besoin moindre mais tout dépend de la date de semis) sera compensé par une éventuelle perte d’efficacité de l’engrais à cause des probables implantations en conditions plus difficiles.

· Ravageurs : on peut retenir le coût d’un anti-limace supplémentaire.

Le recours au labour peut pour certains constituer une solution mais cela est pénalisant pour ceux qui sont engagés dans une démarche d’agriculture de conservation et de régénération des sols. En outre, certains ont contractualisé une MAEC « sol » afin de lutter contre l’érosion et ont l’interdiction de travailler leurs sols.

Tous ces enjeux sont bien évidemment dépendants de la situation locale et il est plus raisonnable de traduire leurs effets au cas par cas.

FGC (France Grandes Cultures) se tient à votre disposition en cas de difficulté sur cette déclaration au FMSE.

Tags :