C’est l’histoire d’un producteur de melon qui décide de monter une opération marketing sur des petits calibres difficiles à vendre. L’opération est conclue avec un bureau d’achat. Un chargement complet est prévu pour le samedi, avec livraison lundi.

Dommage que notre grenouille nationale redescende dans son bocal : le début de semaine sera exécrable et froid, la consommation de melon s’annonce mauvaise.. Notre producteur espère entamer sereinement sa semaine mais…un fax arrive « marchandise refusée – défaut qualitatif » pour le chargement complet soit 26 palettes. Heureusement, notre melonnier n’est pas cardiaque et plutôt du genre tenace (il est adhérent CR) ! Avec une denrée périssable à 600 km de son exploitation, il lui reste désormais 2 options :

- ramener le chargement, qui aura passé 3 jours dehors, à ses frais et donc dans quel état ?

- vendre sur un MIN local, en sachant qu’il vendra à prix bas.

Par la suite, notre producteur discute avec un chauffeur routier, qui lui confie avoir livré sur une plate-forme ayant déjà un stock important de melons. Le temps que sa marchandise soit déchargée, il attendait entre des palettes et a entendu l’agréeur en chef dire à un de ses collaborateurs : « On est tankés : ils ont trop achetés ! Tu mets refus qualitatif et tu renvoies ! ». Il n’est nul besoin de vous décrire la stupéfaction et la colère des agréeurs quand ils s’aperçurent qu’ils n’étaient pas seuls dans l’entrepôt.

La conclusion de cette histoire, malheureusement vraie, c’est que certaines enseignes achètent aveuglément, sur-stockent, et voyant des quantités astronomiques de denrées périssables s’accumuler sur leur plate forme alors que la météo leur devient défavorable, trouvent tous les stratagèmes possibles pour refuser la marchandise via leurs agréeurs, se moquant éperdument des producteurs et des contraintes engendrées. De plus, suite à ces refus, la marchandise est souvent bradée, cassant ainsi le marché.

Il devient urgent de réagir et de mettre en place des contre-agréeurs indépendants, assermentés, auprès des producteurs-expéditeurs et des organisations de producteurs à l’arrivée de leur marchandise. Ces contre-agréeurs pourraient agir sur l’ensemble du territoire et bénéficier à toutes les productions fruitières et légumières suivant la saison.

Dans la même catégorie

Végétal
Fruits et Légumes
Fruits et Légumes
Environnement