La Coordination Rurale du Var organisait un débat en campagne à Brignoles le 15 janvier dernier. Après avoir présenté les différents candidats sur la liste de la CR 83, Max Bauer, Christian Rastello et les colistiers ont présenté leur programme pragmatique et réaliste pour les élections à la Chambre d’agriculture. Joris Miachon, responsable de la section Jeune de la CR, est également intervenu.

La plateforme « Allo agri »

Dans son programme la CR 83 souhaite mettre en place 3 axes principaux : - un réseau de sentinelles sur l’ensemble du territoire ; - un journal gratuit envoyé à tous les agriculteurs du département, pour informer les agriculteurs des évolution de notre métier ; - le guichet unique ou plateforme « Allo agri »

Le guichet unique ou plateforme « Allo agri » aurait un numéro unique pour tous les agriculteurs. Ce numéro, avec un interlocuteur dédié, permettra à l’ensemble des agriculteurs de prendre contact avec la Chambre et ce sur tous les problèmes agricoles : Safer, MSA, problème de voisinage…

Par exemple  pour une remarque comme : « J’ai un problème avec la MSA », nous pourrons apporter les réponses suivantes : 1/ Donner le nom et les coordonnées d’un interlocuteur à la MSA 2/ Recenser le problème : s’il est récurrent et commun à plusieurs agriculteurs, intervention du président de la Chambre pour que la MSA mette de l’ordre dans ses services.

Le guichet unique ou plateforme doit être comme le 15, le 112… un numéro réflexe, permettre une radiographie de l’agriculture et aussi être une boite à idées où tous les agriculteurs seront invités à partager leurs expériences innovantes.

 

Le rôle des Chambres d’agriculture dans l’agroécologie et dans la communication avec le public

Guillaume Joubert, agriculteur à Vinon sur Verdon, est intervenu pour faire part de son expérience à ce sujet. Il y a quelques années, il a décidé de mettre en place un semis direct sous couverts végétaux ce qui lui a permis de retrouver une fertilité du sol. Il a fait partie du réseau Dephy pour prouver que de telles pratiques permettaient de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. Cependant, ces résultats ont été détournés sur le site Internet du glyphosate, lancé par l’Élysée, afin de s’en servir contre les produits phytosanitaires et surtout contre le glyphosate. En attendant, les véritables résultats ne sont toujours pas publiés ce qui empêche leurs utilisations par d’autres agriculteurs.

 

« Communiquer en amont sur son métier, ses productions, c’est avoir un coup d’avance, se défendre quand on est attaqué c’est avoir un coup de retard »

Les citoyens souhaitent savoir ce que font les agriculteurs, il faut donc pouvoir leur expliquer. La Chambre d’agriculture doit soutenir toutes les démarches de portes ouvertes sur les exploitations à destination des consommateurs.

 

Intervention de Joris Miachon, responsable de la section Jeune de la CR

Pour les jeunes, la priorité c’est des prix rémunérateurs. Il faut se battre pour l’amélioration des revenus des agriculteurs :

  • pour une nouvelle PAC, qui garantisse des prix rémunérateurs,
  • pour une DJA revalorisée, d’un montant unique dans chaque zone,
  • pour des actions locales, redonnant de la valeur ajoutée : marchés d’avenir, partenariats locaux, maintien des outils de proximité.

Sans prix et perspectives de rémunération = pas d’installation. La Chambre d’agriculture doit encourager l’installation et défendre le foncier agricole en aidant tous les porteurs de projet, en considérant tous les jeunes (avec et sans aides) et en défendant le foncier et en surveillant la consommation des terres. Le parcours à l’installation doit être simplifié et amélioré par le Point accueil installation piloté par la Chambre, des conseillers à l’écoute des attentes des jeunes (PPP, conseil…) et des plans d’entreprise réalistes.

 

Une Chambre pour toutes les productions

Toutes les productions doivent être défendues. Comme l’a expliqué Max Bauer, la Chambre doit se battre pour rendre possible l’utilisation de produits phytosanitaires identiques en maraîchage et horticulture. En effet, certains produits sont autorisés en maraîchage mais interdits en horticulture. Il est urgent de relancer l’horticulture dans le département. Isabelle Durnerin-Degouve, éleveuse équin à Puget sur Argens, a témoigné pour dénoncer l’ignorance de la Chambre d’agriculture vis-à-vis des éleveurs équins. La hausse de la TVA a fait beaucoup de mal à cette filière et la Chambre doit être présente et se battre pour les éleveurs. Il ne faut pas oublier que ces éleveurs font vivre beaucoup de monde : maréchal ferrant, producteur de foin…

 

En conclusion

Dans 6 ans, plus aucun agriculteur ne doit pouvoir dire pour qui et, à quoi sert la Chambre d’agriculture du Var ; La Chambre travaillera avec tous les partenaires de l’agriculture varoise ; Tous les agriculteurs varois seront libres et égaux en droits au regard de la Chambre d’agriculture ; Les élections ont un enjeu régional et national et la Chambre doit se battre pour tous les agriculteurs du département.

Il est temps que les agriculteurs s’approprient leur outil qui est la Chambre d’agriculture varoise.

Dans la même catégorie

CR 83
CR 83
CR 83
CR 83