L'info régionale

Réseaux sociaux

Compte-rendu de la Commission Agro-écologie

Tristan Arlaud

Compte-rendu de la Commission Agro-écologie

Tristan Arlaud était présent pour représenter la Coordination Rurale Paca à la Commission Agro-écologie du 13 décembre organisée par la Draaf Paca. L’objectif de cette réunion était notamment de faire le point sur la formation des agriculteurs et les Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE).

Une modernisation de la formation nécessaire

Au sein de la région Paca, le taux de formation est seulement de 7 % et regroupe les exploitants agricoles et les cotisants solidaires. Sur un budget de 2 millions d’euros par an, 800 000 euros sont dépensés. On est en droit de se demander où part l’argent restant ?
La CR Paca a demandé que les formations soient plus accessibles pour les agriculteurs car bien souvent, ils ne peuvent pas se former par manque de temps car ce n’est pas adapté à leur quotidien. Au lieu de faire des petites formations qui sont régulièrement annulées faute de participants, pourquoi ne pas rendre accessible la connaissance en mettant en place des vidéos ? Maintenant que le numérique prend le dessus, la mise en place de vidéos de formation, accessibles à n’importe quel moment, doit être tout à fait possible. Internet est beaucoup plus adapté et les agriculteurs pourront ainsi se former au quotidien, sans avoir besoin de quitter leur exploitation.
Les services de l’État ont répondu que c’était en cours mais que cela prenait du temps.

 

Une refonte du système des GIEE

Le principe des GIEE ne fonctionne pas du tout. Par conséquent, la Chambre d’agriculture recherche des projets à monter, même si ceux-ci n’aboutissent pas. Les projets en cours n’émanent pas des agriculteurs mais des structures agricoles comme les coopératives qui vont pouvoir encaisser la subvention. Il est important de préciser que lors de la création d’un GIEE, la subvention est versée lors de la création et du montage du projet et qu’ensuite, aucun suivi n’est fait. La CR Paca demande une refonte du système pour limiter les abus. Actuellement, 39 dossiers seraient en cours et il serait intéressant de connaître le nombre qui vont aboutir.