Il y a un an, la pression du militantisme écologiste a mené à la suspension d’un plan de gestion de la forêt de La Teste-de-Buch. Nous voyons le résultat aujourd’hui : plus de 20 000 hectares de forêts partis en fumée en Gironde, plus de 30 000 personnes évacuées, des maisons détruites et des milliers d’animaux ont péri dans les flammes. Devons-nous remercier le dogmatisme « vert » d’avoir mis des bâtons dans les roues des forestiers ? Certes, la forêt s’en remettra mais à quel prix ?

Ce désastre n’était-il pas prévisible ? Les épisodes de sécheresse et de canicule sont des phénomènes de plus en plus courants en Nouvelle Aquitaine. Alors que la Coordination Rurale milite depuis des années pour stocker l’eau de l’hiver pour irriguer l’été, les extrémistes écologistes préfèrent une écologie punitive. Ils n’hésitent pas à détruire des réserves d’irrigation, mettant ainsi en danger les exploitations qui les utilisent et renforçant le risque d’incendie : plus c’est sec, plus c’est chaud, et mieux ça brûle !

Il ne se passe pas un mois sans que le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine ne sollicite la CR au sujet de nouvelles mesures environnementales, toujours plus contraignantes pour les paysans. Une multitude de structures, toutes financées bien évidemment par des fonds publics, fleurissent, sans réel autre but que celui d’exister.

Les paysans sont les premiers vrais écologistes de France. Laissez-nous faire, permettez-nous d’investir pour préparer l’avenir, et arrêtez de nous imposer des règles écolos de bureau, absurdes, déconnectées du terrain, et souvent injustes !

Dans la même catégorie

Nouvelle Aquitaine
CR 47
CR 47
CR 47