L'info régionale

Réseaux sociaux

Violences faites aux femmes : Aidons-les à se reconstruire grâce à l’agriculture !

Chèvre

Violences faites aux femmes : Aidons-les à se reconstruire grâce à l’agriculture !

Lors de la session Chambre d’agriculture régionale des Pays de la Loire du mois de juin 2022, une intervention de l’AFDI (Agriculteurs Français et Développement International) a suscité un vif intérêt. Cette association qui construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement a mis en avant une initiative de solidarité dans le Sud-Kivu.

En effet, dans cette région de la République démocratique du Congo, 1 000 femmes victimes des violences de guerre se sont regroupées pour créer l’association Solidarité des Femmes Paysannes pour l’Amélioration de l’Agriculture (Sofepagri).
Afin de permettre aux femmes de se réinsérer dans une société dont elles ont été exclues notamment suite aux violences sexuelles qu’elles ont subies, une cagnotte a été mise en place. Celle-ci permettra de récolter de l’argent pour financer l’achat de chèvres. En effet, en l’absence de revenus suffisants, une chèvre permet de constituer une épargne et représente un capital sur pied qui permet à ces femmes de se réinsérer dans la société en développant l’agriculture de leur région.

Cette situation déplorable nous permet de nous rappeler le rôle clef de l’agriculture.
Voici le principe : un don de 50 € = une chèvre, un don de 30 € = un chevreau. Quand on offre la possibilité à une femme rejetée d’avoir du bétail, on lui permet de retrouver une place dans la société.

Cette initiative a touché certains administrateurs de la CR 85 qui y ont participé de façon personnelle et qui vous encouragent à faire de même.

Voici le lien de la cagnotte : https://www.helloasso.com/associations/agriculteurs-francais-et-developpement-international-pays-de-la-loire/collectes/donnez-une-chevre-pour-rendre-un-peu-de-dignite-aux-victimes-de-guerre

Pour rappel, il s’agit d’un don à un organisme d’intérêt général qui ouvre droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66 % du montant versé dans la limite de 20 % du revenu imposable.

Cette intervention poignante nous rappelle que si être agriculteur aujourd’hui en France peut être périlleux, l’agriculture peut être source de reconstruction pour certaines femmes africaines victimes de violences.

Merci de votre solidarité au nom de toutes ces femmes courageuses, battantes et fortes.