L'info régionale

Réseaux sociaux

Vendanges 2018 dans l’Aude : encore une année compliquée…

vignes

Vendanges 2018 dans l’Aude : encore une année compliquée…

Les vendanges sont bien avancées et se terminent déjà dans la partie Est du département. Un premier bilan peut d’ores et déjà être établi : il va manquer beaucoup d’hectolitres de vin dans l’Aude, tout ceci en raison d’une succession d’événements climatiques en 2018 : le gel au printemps, en particulier sur l’Est, une attaque du mildiou, énorme comme beaucoup ne l’avaient jamais vu sur l’ensemble du département, des pluies quotidiennes en fin de printemps, des orages de grêle incroyables (6 000 hectares touchés dont beaucoup en totalité), des attaques de black-rot et de mosaïque, et pour terminer des températures très élevées à l’origine d’une sécheresse intense qui a asséché les raisins à la veille des vendanges.

Quelques zones et parcelles vont malgré tout s’en sortir avec des récoltes supérieures à l’an passé.

Malgré cette baisse certaine de la récolte, les prix du vin ou des raisins n’ont pas évolué. Cependant, les coûts d’exploitation vont, quant à eux, exploser en raison des traitements multipliés par deux (certains viticulteurs ont eu recours à 17 traitements cette année) !

La situation va devenir extrêmement difficile pour beaucoup d’exploitants après les deux dernières récoltes de 2016 et 2017 déjà très faibles. Pour certains, l’année 2018 sera encore synonyme de mauvaise récolte voire d’aucune récolte…

Comment attribuer des aides, des subventions, des exonérations avec ce cumul de sinistres (gel, grêle, mildiou, humidité au printemps et sécheresse en automne) ? Les enveloppes déjà annoncées à grands renforts de médias seront vides tout comme les futures aides…

Alors évidemment, il y a du vin en Espagne, en Italie mais aussi en Amérique du Sud et autres pays… Nous ne mourons pas de soif mais de misère !

Conséquences de tout cela, le nombre d’installations et de reprises de vignobles va encore ralentir, les cessations volontaires ou obligatoires vont se multiplier pour laisser la partie centre et Est du département en friche… En 30 ans, la région Languedoc-Roussillon sera passée d’une production de 28 à 10 millions d’hectolitres de vins !

Un excellent résultat, que tout le monde appréciera au moment des prochaines élections Chambres d’agriculture, dont tout le monde se désintéresse par ailleurs, y compris les agriculteurs eux-mêmes !