L'info régionale

Réseaux sociaux

Un projet d’arrêté pour la dérogation NNI 2022

betterave

Un projet d’arrêté pour la dérogation NNI 2022

La quatrième session du conseil de surveillance des néonicotinoïdes (NNI) s’est tenue le mardi 21 décembre 2021, Aurélie Hallain, responsable de la section Betterave, y représentait la CR.

Aurélie Hallain a fermement défendu le renouvellement de la dérogation autorisant l’usage des néonicotinoïdes (NNI) pour l’année 2022. Position qui a été reprise par le conseil de surveillance qui a rendu un avis positif concernant cette dérogation NNI. Lors de ce conseil, la Coordination Rurale a particulièrement insisté sur le fait que la question des néonicotinoïdes n’est que « l’arbre qui cache la forêt : la filière betterave ne peut se passer de ce produit. Tant que nous ne serons pas payés au-dessus des coûts de production, les risques que nous prenons en ne traitant pas ne peuvent être assumés. D’autant plus que les prix payés au producteur ne couvrent pas les pertes de rendement qui dépassent les 50 % dans certains départements et une moyenne nationale de 27,70 % de perte». La CR rappelle encore une fois qu’une filière ne peut être viable qu’à la condition que les agriculteurs aient des prix qui rémunèrent correctement leur travail !

Suite au rendu de l’avis du conseil de surveillance, les ministères de l’Agriculture et de la Transition Écologique ont déposé en consultation publique un projet d’arrêté (disponible ici), en se basant sur l’avis du conseil de surveillance et celui de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).
Nous vous invitons grandement à participer à cette consultation ouverte jusqu’au 16 janvier, afin que l’avis des principaux concernés (les planteurs) soit pris en compte ! Vous trouverez l’accès à cette consultation ici. Si nous nous réjouissons que le gouvernement autorise, via ce projet d’arrêté, une nouvelle dérogation à l’utilisation des néonicotinoïdes, nous restons déçus des suites culturales permises suite à l’application de graines traitées aux néonicotinoïdes.

Voici les cultures ce qui seront autorisé si le projet d’arrêté est validé :
• L’année suivant celle de la culture : avoine, blé, choux, cultures fourragères non attractives, cultures légumières non attractives, endive, fétuque (semences), moha, oignon, orge, ray-grass, seigle, betterave sucrière à l’exception des semences traitées au thiamethoxam ou à l’imidaclopride, épeautre, épinard porte-graine, graminées fourragères porte-graine, haricot, miscanthus, soja, tabac, triticale, tritordeum ;
• La deuxième année suivant la culture : chanvre, maïs, pavot/œillette, pomme de terre, millet, quinoa
• La troisième année suivant la culture : colza, cultures fourragères mellifères, cultures légumières mellifères, féverole, lin fibre, luzerne, moutarde tardive, phacélie, pois, radis, tournesol, trèfle, vesce, lupin, sarrasin, sorgho.