L'info régionale

Réseaux sociaux

Un plan pollinisateur totalement déconnecté du terrain !

Abeilles

Un plan pollinisateur totalement déconnecté du terrain !

Vendredi 18 décembre, un groupe de travail sur le plan pollinisateur s’est tenu, Joris Miachon représentait la Coordination Rurale. Suite aux conclusions de l’Anses, le gouvernement prévoit d’interdire l’épandage de produits phytosanitaires lors de la floraison, même si le calendrier a légèrement changé, le contenu reste identique. Seuls les épandages nocturnes seront autorisés et uniquement de produits disposant de la mention « abeille ». Outre le fait que la plupart des produits, notamment fongicides et herbicides, n’ont pas la mention « abeille », le surcoût engendré sera source de distorsion de concurrence.

La présentation du plan pollinisateur

Le plan pollinisateur tourne autour de quatre axes :
• amélioration des connaissances du déclin des pollinisateurs ;
• leviers économiques accompagnant les pratiques favorables (PAC, plan de relance) ;
• lutte contre les agresseurs de la ruche  (frelon, Varroa) ;
• les épandages.

Concernant ce dernier axe, les conclusions de l’Anses publiées en 2018 viennent modifier l’arrêté de 2003. Pour le ministère, il s’agit d’appliquer ces conclusions, tout en restant cohérent avec les pratiques de terrain. Cela implique l’interdiction des épandages de tous produits phytosanitaires durant la période de floraison. Seuls ceux portant la mention « abeille » auront une autorisation d’épandage nocturne et jusqu’à trois heures après le coucher du soleil.
Le renouvellement des AMM, et/ou le dépôt de dossier de la part des firmes permettra l’extension de la mention « abeille ». Les représentants de l’État émettent l’idée de laisser les produits être utilisés dans l’attente des décisions de l’Anses sur la délivrance de la mention abeille mais il n’y a aucune certitude.
Pour les horaires, l’Anses maintient la limite des trois heures. Cela pose problème pour les grandes surfaces, les terrains difficiles, les ravageurs uniquement diurnes et les traitements flash. L’État envisage des mesures de compensation par la création de surfaces mellifères non traitées, surfaces qui, en toute logique, seront prises sur celles de l’agriculteur.

La position de la CR

Le plan proposé n’est pas réalisable ni économiquement, ni socialement. Le travail de nuit est dangereux et risque d’envenimer les choses avec les riverains. Ce plan va accentuer les distorsions de concurrence avec les voisins européens et au-delà et il méconnaît le fait que parfois nous ne disposons que de quelques heures pour intervenir.
Une fois de plus, l’agriculture va servir de para-tonnerre écologique. Après avoir autorisé les néonicotinoïdes et renié la question du glyphosate, le gouvernement veut se rattraper et ce sont les arboriculteurs, les maraîchers, les pépiniéristes et les petits vignerons qui paieront la note.

« Les agriculteurs sont très inquiets de la suite ! Tout paraît déjà fait. J’ai peur qu’ils nous balancent quelques dérogations temporaires pour nous satisfaire et que l’on soit obligés de se plier à leur folie ! » réagit Joris Miachon. « Je rappelle la promesse du Président à Clermont-Ferrand de se fier à l’Europe et d’arrêter les mesures franco-françaises. La CR ne lâchera rien et va continuer à se mobiliser sur le terrain ! »