L'info régionale

Réseaux sociaux

Un demi-tour, dans le mur ?

Un demi-tour, dans le mur ?

Le 30 novembre dernier, par voie de communiqué de presse, la Chambre d’agriculture régionale d’agriculture de Bretagne a annoncé que « l’agriculture bretonne [allait] devoir « produire moins », faute de pouvoir assurer un renouvellement suffisant de ses exploitants, et « regagner du lien au sol », ce qui devrait lui permettre de monter en gamme. »

La Coordination Rurale (CR) de Bretagne s’étonne de ces propos car, lors de la session Chambre du même jour, il n’a nullement était fait état d’un « changement de cap de l’agriculture Bretonne » et ces annonces ne sont pas le fruit d’une réflexion collective des agriculteurs représentants de la profession.

La CR Bretagne souligne que, dans ce plan stratégique, il n’est aucunement fait mention que la Bretagne devrait produire moins ! Ce que les présidents de Chambre n’ont pas compris, c’est qu’il fallait un audit des exploitations en les classant par périodes d’installations. Aujourd’hui, combien de dossiers non financés ou qui traînent pour l’être ? Comment se portent financièrement et en termes de charge de travail les laitiers, les producteurs de viande ? Combien sont dans les clous avec le plan d’entreprise ? Avant de vouloir structurer les filières, il faudrait peut-être repartir de la base et la base c’est le terrain ! Il faudrait également surtout penser à interroger les jeunes. Nous serions peut-être surpris des réponses !

Après les baisses de production annoncées dans la future PAC (- 10 % de terres européennes pour la production agricole ; et le passage de 25 % en bio), après les baisses de production liées aux obligations HVE, voici à présent des baisses de production imposées par nos Chambres.
Combien de produits agricoles et alimentaires l’Europe va-t-elle devoir importer pour compenser cette baisse de production ? Contrairement à d’autres, la Coordination Rurale n’a jamais prôné la massification de la production, mais elle défend et défendra tous les systèmes autorisés par la réglementation. Afficher un discours de complaisance sur la réduction de la production est une chose, les chambres doivent désormais préciser leurs propos et expliquer comment, concrètement, la réduire ? Quel message vont-ils transmettre aux éleveurs actuellement en milieu de carrière qui ont lourdement investi dans leur outil de production avant cette annonce ? Comment vont-ils expliquer aux agriculteurs qui approchent de la retraite que leur outil ne vaut plus rien ?

La Coordination Rurale réaffirme que l’atteinte des objectifs environnementaux couplée à l’objectif de la souveraineté alimentaire de l’Union européenne doit passer par la définition d’un cadre réglementaire et économique capable de mettre un terme à la concurrence déloyale induite par le libre-échange et de garantir des prix rémunérateurs aux producteurs européens.

Cette mise en contexte européenne est à mettre en parallèle avec notre situation régionale : l’agriculture Bretonne ne peut pas être mise hors cadre français, hors cadre européen. C’est pourquoi, en début de mandat, les Chambres Bretonnes auraient dû commencer par faire des audits, pour comprendre la réalité de nos exploitations !