L'info régionale

Réseaux sociaux

Théâtre et contrôle

contrôles

Théâtre et contrôle

Le 25 mars, était organisée une pièce de théâtre au lycée agricole de la Saussaye au sujet des contrôles en agriculture. Une délégation de la CR 28 avait fait le déplacement espérant pouvoir échanger à l’issue de la représentation, faire part de quelques retours d’expériences sur le sujet et donner ainsi la vision des agriculteurs.

Mise en contexte

Intitulée « Coup de tampon », cette pièce de théâtre a été écrite et jouée par un ancien agriculteur, Patrick Cosnet, qui avait déjà, il y a une dizaine d’années, écrit une pièce de théâtre nommée « La casquette de travers » ; de travers parce que l’évocation nostalgique du monde rural n’est plus d’actualité : quotas, surproduction et mondialisation obligent…

La pièce jouée cette année met successivement en scène des personnages aux profils très différents. Il y a d’abord Michel, l’agriculteur, Bertrand, le soixante-huitard qui a repris le café des sports, et Camila, l’étrangère. Trois personnes issues de milieux différents qui n’ont clairement pas la même vision du monde de demain.

Viennent ensuite Cécile, une institutrice qui vient d’être inspectée, Denis, un agriculteur traumatisé par un contrôle phytosanitaire, et Alex, son collègue qui devrait voir débarquer sous peu les « sbires » de la DSV, à moins que ce ne soit la DST…

« Coup de Tampon » est une petite réflexion cocasse sur les justifications ou excès d’une société de plus en plus normative, sur le civisme et l’initiative individuelle.
Une situation exceptionnelle peut générer souvent de l’appréhension voire pas mal de fantasmes mais aussi beaucoup de solidarité.

Le temps de l’échange

À l’issue de la représentation , un débat était organisé avec les spectateurs, qui étaient pour la plupart des agriculteurs, des agricultrices ou des contrôleurs, et les échanges ont parfois été tendus.
L’auteur de la pièce de théâtre, Patrick Cosnet, a bien mis en avant que tant que l’administration utiliserait des méthodes « staliniennes », le dialogue courtois et pédagogue ne pourrait exister.
Nous avons constaté que les administrations ne fonctionnent pas toutes de la même façon. Certaines sont plus diaboliques que d’autres, à la limite de à nous pousser dans nos retranchements pour nous faire à commettre l’erreur qui serait préjudiciable. D’autre DDT organise des contrôles pédagogiques.
Toute la profession agricole, syndiquée ou pas, était à l’unisson pour dénoncer ces contrôles répressifs et abusifs et réclamer des contrôles pédagogiques prenant en compte le droit à l’erreur. Car nous ne sommes pas l’abri d’une erreur, d’une fausse saisie, d’une mauvaise manipulation informatique qui nous ferait cocher la mauvaise case…

Comble de l’histoire

À l’issue de la pièce, un contrôleur a porté plainte contre Philippe Ribault pour menace de délit alors que notre vice-président avait seulement essayé de calmer un adhérent lors du temps d’échange.
En effet, le ton est rapidement monté lorsque l’adhérent en question a reconnu celui qui l’avait contrôlé quelques années auparavant. Un contrôle qui s’était particulièrement mal passé du fait du comportement et de la rigidité du contrôleur.

Tags :