L'info régionale

Réseaux sociaux

Semences de ferme Tag

Semences de ferme

avoine
CVO céréales à paille : l’alibi de la recherche et de l’innovation

Lors de son conseil d’administration du 6 mars 2019, le GNIS a adopté le nouvel accord interprofessionnel réévaluant la CVO à hauteur de 0,90 €/t (contre 0,70 €/t précédemment) sur les espèces suivantes : blé tendre, blé dur, orge, avoine, seigle, triticale, épeautre et riz.

Alexandre Lefebvre
Semences de ferme : une utilisation libre et gratuite !

À l’occasion des élections aux Chambres d’agriculture 2019, la Coordination Rurale a créé une série de 30 vidéos sur des thématiques fortes, des convictions incarnées par ses adhérents. Ce lundi 8 octobre, la 17e vidéo a été publiée ; elle s’intéresse aux semences de ferme.

Semences de ferme

Qu’est-ce que c’est ? Les semences de ferme ne sont rien d’autre que des graines prélevées par l’agriculteur dans sa propre récolte pour être ressemées, sans avoir recours à l’achat de semences certifiées auprès de l’industrie semencière à chaque nouveau début de campagne. À la différence...

La CR Île-de-France rencontre la vice-présidente en charge de la Ruralité et de l’Agriculture

Le 9 novembre 2016, la Coordination Rurale Île-de-France s’est rendue au Conseil régional d’Île-de-France afin d’y rencontrer Anne Chain-Larché, vice-présidente chargée de la Ruralité et de l’Agriculture. Lors de cet entretien, étaient présents Marion Zalay, chargée des questions de l’agriculture, Michel Caffin, président de la commision ruralité et agriculture et Rebecca Akrich, chef du service agriculture de la région.

Brevetabilité du vivant

La CR est opposée à la brevetabilité de variétés végétales obtenues par des procédés essentiellement biologiques Les brevets sont initialement destinés à protéger des œuvres créées par l’esprit et la main de l’Homme. En UE, il est interdit de breveter des plantes obtenues par des procédés...

La filière semences prend des libertés inacceptables sur les adhésions syndicales

Dans un communiqué daté du 2 mai 2016, l’OPG et la CR dénonçaient l’existence d’un accord au sein du GNIS* (FNAMS*, UFS*, éleveurs) instituant un fonds légumineuses qui débute rétroactivement sur les contrats 2015. Aujourd’hui, c’est le fonctionnement interne de la filière semences, établi avec des adhésions syndicales d'office, qui est pointé du doigt !