L'info régionale

Réseaux sociaux

Sécheresse et inquiétude face aux obligations réglementaires de la PAC

Sécheresse et inquiétude face aux obligations réglementaires de la PAC

Après les nombreux incendies, la sécheresse inédite et longue continue dans les Hauts-de France.
Les agriculteurs de la région n’étant pas habitués à ces épisodes caniculaires sont inquiets…

Sécheresse : des dérogations pour la PAC ?

Ils se demandent comment cela va se passer pour les semis à venir. Si leur engrais verts ne lèvent pas, cela risque d’avoir des conséquences sur leurs rendements.
De plus, tous les ans, dans le cadre de la PAC, les agriculteurs doivent implanter sur les parcelles en attente de culture des engrais verts ou des CIPAN (Culture Intermédiaire Piège à Nitrate). Le calendrier d’obligation de présence de ses couverts est défini par l’administration. Si ces couverts ne sont pas implantés aux dates définies, les agriculteurs risquent des pénalités sur leur versement de la PAC.

La situation est complexe. Faut-il risquer de semer pour ne pas voir ses cultures lever, consommer du carburant et des semences sans certitude de résultats ?

Stéphane Bleuzé, président de la Coordination Rurale du Nord ajoute : « Nous subissons une sécheresse sans précédent avec des conséquences à venir bien plus graves pour la récolte des cultures de printemps (pommes de terre, légumes de plein champ, maïs,…). Ne parlons même pas des colzas et couverts végétaux à implanter dans les jours qui viennent ! Avec cette sécheresse, ce sera tout simplement une perte de temps et d’argent… »

De plus, la sécheresse retarde aussi les travaux des champs. «  Même s’il vient à pleuvoir, ce sera trop de travail à faire en peu de temps. Les dates, les obligations sont du stress pour nous ! » réagissent les membres de la Coordination Rurale de la Somme.

Les agriculteurs souhaiteraient une adéquation de la réglementation à la météo et au cycle de la nature.

Doit-on en déduire que la réglementation a ses raisons que l’administration ignore ?

C’est pourquoi, la Coordination Rurale demande à l’administration en charge, une dérogation pour aléa climatique soit le non semis des engrais verts ou une tolérance à accepter les repousses afin d’éviter aux agriculteurs des Hauts-de -France, de subir les pénalités ou des retards de versement des aides PAC en cas d’absence de levés des couverts.