L'info régionale

Réseaux sociaux

Sécheresse : aider les agriculteurs, c’est le minimum, prévoir la prochaine, c’est un devoir

sécheresse

Sécheresse : aider les agriculteurs, c’est le minimum, prévoir la prochaine, c’est un devoir

Les sécheresses et les canicules se succèdent, et même si l’actualité a un peu effacé leur visibilité dans la sphère publique, celles de cette année font partie des plus catastrophiques. Les conséquences sont dramatiques et de nombreux agriculteurs risquent de ne pas s’en remettre.

Cela fait longtemps que les bonnes années ne compensent plus les mauvaises qui, elles, s’enchaînent à cause des aléas climatiques. Les agriculteurs ont d’autant plus de mal à encaisser ces chocs que viennent s’ajouter des problèmes structurels, qui fragilisent d’autant plus les exploitations.

« Les prix ne couvrent pas les coûts de production, comment pourraient-ils nous permettre d’anticiper une mauvaise récolte ? Et ce ne sont pas les 1 % agricoles du Plan de relance qui sortiront les agriculteurs de la précarité », s’indigne Max Bauer, secrétaire général adjoint de la Coordination Rurale.
« Les agriculteurs ont besoin de mesures spéciales cette année. De plus, bien sûr, toutes les solutions doivent être envisagées et mises en place de toute urgence pour préserver les agriculteurs pénalisés (report de la TFNB, facilités fiscales, prêts garantis par l’État, etc.), mais il faut dès à présent anticiper la prochaine sécheresse. »

Pour la Coordination Rurale, accepter la fatalité des sécheresses c’est aussi accepter d’importer toujours plus de denrées alimentaires ne répondant pas à nos standards de production. Il est urgent que l’État retrouve la raison et autorise la construction de retenues d’eau qui permettront d’atténuer ces sécheresses. L’eau, c’est la vie, et c’est cet hiver qu’il faut en stocker si l’on veut pouvoir arroser nos cultures l’été prochain !