L'info régionale

Réseaux sociaux

Retraites : de grandes promesses pour peu de résultats !

Retraites : de grandes promesses pour peu de résultats !

Le 9 décembre 2021, le Sénat a adopté à l’unanimité la proposition de loi Chassaigne, qui vise à assurer la revalorisation des retraites des conjoints collaborateurs et des aides familiaux.

Pour rappel, depuis 2006, tout conjoint d’agriculteur qui travaille sur l’exploitation doit choisir entre le statut de salarié, celui de coexploitant (associé) ou celui de conjoint collaborateur. Chaque option lui permet de bénéficier des droits à la retraite selon des modalités différentes.
Avant 2006, le statut de conjoint collaborateur était nommé « aide familial ». Le montant de la cotisation retraite était le même.
Pour bénéficier de la retraite à taux plein, il faut avoir cotisé durant 17,5 ans au minimum.

Cette revalorisation permet d’augmenter en moyenne de 65 € la retraite de base des conjoints collaborateurs et des aides familiaux (75 € pour les femmes).
Comme toujours, on nous promet beaucoup, mais on ne nous donne presque rien !

Et c’est là que le bât blesse… Si la Loi Chassaigne est et demeure une loi nécessaire, elle n’en reste pas moins de la poudre aux yeux. Comme l’explique Natacha Guillemet, responsable de la section Agricultrices : « Certes il y aura une augmentation, mais tellement minime qu’elle reste honteuse ! Revaloriser 75 % de rien, ça fait toujours rien à la fin ! La retraite revalorisée sera toujours en dessous du minimum vieillesse. Une personne qui a travaillé de longues années ne mérite pas de vivre une vie d’aumône une fois atteint l’âge de la retraite ».

Le 13 janvier, la Coordination Rurale a écrit aux députés Chassaigne et Dubois pour leur demander d’expliquer pourquoi la RCO est déduite dans la formule de calcul du complément différentiel pour atteindre les 85% du SMIC.

Les dossiers de retraite sont extrêmement complexes et, chaque cas étant unique, nous vous conseillons vivement de vous rapprocher de votre MSA pour discuter de votre retraite et, ainsi, obtenir des réponses spécifiques à votre situation. Votre MSA ne peut pas vous refuser un rendez-vous physique, cela fait partie intégrante de son travail.

La section Agricultrices de la Coordination Rurale va donc faire remonter cette injustice à M. Chassaigne, mais aussi à la délégation des droits des femmes au Sénat.