L'info régionale

Réseaux sociaux

Reprise des marchés de plein air : les agriculteurs de la CR 24 – MP interpellent le Préfet

marché de plein air

Reprise des marchés de plein air : les agriculteurs de la CR 24 – MP interpellent le Préfet

Durant le confinement, la Coordination Rurale de Dordogne – Mouvement Paysan a milité en faveur du maintien des marchés de plein air et a écrit aux maires ayant suspendu les marchés ainsi qu’aux associations des maires du département afin de permettre aux agriculteurs d’écouler leurs marchandises périssables. À présent, la CR 24-MP souhaite que les conditions imposées pour la reprise des marchés soient cohérentes avec celles prises dans les autres lieux de vente comme les grandes et moyennes surfaces (GMS). C’est pourquoi, le jeudi 06 juin, une délégation a rencontré Frédéric Périssat, Préfet, les directeurs de la DDT et de la DDCSPP.

GMS : une distorsion de concurrence évidente

La CR24 – MP a énuméré les mesures drastiques imposées aux maires – et aux agriculteurs – pour les marchés de plein air induisant à son sens une distorsion de concurrence avec les autres points de vente :

une distance minimale entre les étals dont le nombre sera limité à 25 dans les communes de moins de 20 000 habitants – sous réserve que les mesures de distanciation le permettent. La CR 24 – Mouvement Paysan s’interroge sur les dispositions prises en parallèle dans les supermarchés où l’étroitesse des rayons peut être problématique pour le respect de la distanciation sociale.

un sens de circulation obligatoire : cette mesure n’étant pas imposée aux GMS pourquoi le faire pour les marchés de plein air ?

la gestion des flux, avec un effectif maximum de 100 personnes dans les communes de moins de 20 000 habitants et le filtrage des entrées avec contrôle du respect des gestes « barrière », alors que même en période de confinement les GMS pouvaient accueillir plus de 100 personnes, et ce quelle que soit leur superficie.

la restriction dans le type de marchandises proposées : les marchés de plein air doivent se limiter à la vente de fruits et légumes alors les supermarchés ont continué de proposer l’ensemble de leurs produits, attirant davantage de consommateurs soucieux de limiter leurs déplacements.

Frédéric Perissat, bien conscient de la différenciation de traitement, a rappelé qu’il s’agissait de procédures nationales sur lesquelles il n’avait aucun pouvoir décisionnaire.

Quel avenir pour les marchés estivaux de producteurs ?

Alors que les rassemblements de moins de 5 000 personnes sur le domaine public sont autorisés, que les mariages réunissant plus de 10 personnes sont interdits et que les restaurants ont dû mettre en place de nouvelles pratiques, la CR24-MP se pose légitimement la question du maintien des marchés de producteurs (ou marchés gourmands) organisés durant l’été. Des rendez-vous habituellement importants pour les agriculteurs, et qui le sont encore plus cette année. Le préfet a fait savoir qu’un 1er palier allait être mis en place jusqu’au 22 juin, puis un 2nd jusqu’au 22 juillet tout en précisant que cela restait de la compétence du comité sanitaire qui se réunit aujourd’hui.

La Coordination Rurale 24 – Mouvement Paysan reste vigilante et ne manquera de revenir vers le préfet Périssat si des dysfonctionnements ou des dispositions trop limitantes pour les agriculteurs étaient mises en place.