L'info régionale

Réseaux sociaux

Un référendum qui cache de gros lobbys …

Un référendum qui cache de gros lobbys …

Samedi 19 septembre 2020, la CR 35, représentée par Joseph Martin (Président de la CR35) et Murielle Durand, (administratrice CR35) a été reçue par le député de la 4e circonscription d’Ille-et-Vilaine, Gaël Le Bohec à Guipry-Messac. Autour de la table étaient également présents des représentants de la FDSEA, de la chasse à courre et de l’association Génération écologie, pour discuter du RIP animaux.

La CR 35 a donné les raisons de son opposition à ce referendum qui porte profondément atteinte à l’élevage et à la ruralité, et qui a pour but ultime l’abolition de l’élevage. Derrière ce référendum se cache également de puissants lobbys, financeurs de la production de « viande » de synthèse.

Or, la filière d’élevage française propose des produits carnés de qualité et capables de répondre aux attentes sociétales, tout en étant financièrement abordables. Il est hors de question de répondre aux attentes sociétales tel que l’a présenté le représentant de Génération Écologie. Les exploitations ne sont pas des supermarchés où l’on peut choisir à la carte ses exigences.

« Les contraintes supplémentaires doivent être prises en compte dans les coûts de production, doivent pouvoir être appliquées par l’ensemble des agriculteurs, par des agriculteurs qui pratiquent divers mode de production et doivent améliorer l’efficience des systèmes. Il est évident que pour avoir un résultat économique, il faut du résultat technique, il faut du bien-être animal. » a rappelé Joseph Martin.

À ce titre, la CR a rappelé que les éleveurs sont les premiers acteurs du bien-être de leurs animaux. Chacun d’eux sait parfaitement qu’un animal élevé dans de bonnes conditions donnera un meilleur produit. De plus, un animal maltraité, malade ou stressé, sera beaucoup plus exposé aux accidents physiques et sanitaires, ce qui impacterait négativement la rentabilité de l’élevage.

« Le bien-être animal passe aussi par le bien-être de l’éleveur, c’est une passion pour l’élevage. Mais on doit d’abord donner les moyens à chaque agriculteur de se protéger contre les aléas du marché par la préférence communautaire, par la régulation des marchés, par des prix couvrant les coûts de production », a souligné Murielle Durand.

La CR 35 salue la position du député, qui s’oppose au référendum.